Nestlé: la pollution ça peut rapporter gros

Le 04 novembre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Nestlé compte agrandir son usine d'embouteillage de Stanwood (Michigan)
Nestlé compte agrandir son usine d'embouteillage de Stanwood (Michigan)

 

Suite à une grave contamination du système d’alimentation en eau potable de la ville de Flint, les habitants de la banlieue de Chicago se sont massivement reportés vers l’eau en bouteille. Une aubaine pour les industriels qui entendent bien en tirer le maximum de profit. Un exemple: Nestlé. La filiale nord-américaine du géant suisse de l’agro-alimentaire a en effet demandé l’autorisation de tripler ses prélèvements annuels d’eaux souterraines de 150 à 400 gallons par minute (de 570 à 1.500 litres) au nord d’Evart (Michigan).

Le département en charge de la qualité environnementale (DEQ) du Michigan avait déjà donné son feu vert en janvier. La multinationale basée à Vevey n’a plus qu’à obtenir l’accord du service en charge de l’eau potable, qui a soumis le projet à une consultation publique jusqu’au 3 novembre. En cas de réponse favorable, Nestlé pourra accroître sa production d’eau embouteillée sans beaucoup investir: 200 dollars (180 €) seulement lui seront demandés en règlement des formalités administratives.

La situation s’avère d’autant plus cauchemardesque que les citoyens de Flint ont été exposés à une eau potable contaminée au plomb de 2014 à 2016 et que nombre d’entre eux sont encore obligés d’acheter de l’eau en bouteille pour se laver et cuisiner, en attendant que les canalisations corrodées soient réparées.

 

Une privatisation à tout prix

«Cela revient à privatiser une ressource publique dont l’état devient critique», s’indigne Jeff Ostahowski, vice-président de l’association des citoyens du Michigan pour la conservation de l’eau (MCWC). Dans sa proposition, Nestlé affirme que «5 zones humides pourraient être impactées par ces nouveaux prélèvements, sans qu’aucune conséquence écologique néfaste ne soit à déplorer».

Entre 2005 et 2015, la multinationale a déjà pompé 3,4 milliards de gallons (12,8 millions de mètres cubes) d’eau dans les nappes du Michigan. La consultation publique est passée inaperçue outre-Atlantique, mais la décision du service d’eau potable est attendue de pied ferme.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus