NER 300: le retour

Le 03 avril 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Installation d'une chaudière à oxy-combustion dans la centrale de Schwarze Pumpe (Allemagne).
Installation d'une chaudière à oxy-combustion dans la centrale de Schwarze Pumpe (Allemagne).
Vattenfall

Comme prévu, la Commission a lancé, ce mercredi 3 avril, le second appel à projets dans le cadre du NER 300.

Initié en 2009, ce programme européen vise à co-financer la réalisation de projets de démonstration dans les domaines des énergies renouvelables et du captage-stockage de CO2 (CSC). Ce fonds est financé par la progressive mise aux enchères de 300 millions de quotas d’émission de gaz à effet de serre.

L’an passé, lors du premier round, aucun projet de CSC n’avait finalement été présenté aux services de la Commission, faute de financement suffisant de la part des Etats et des partenaires privés. Au total, 23 démonstrateurs d’énergies renouvelables (production d’agrocarburant de seconde génération, solaire à concentration, éolien, énergies marines) avaient bénéficié d’une enveloppe de 1,2 milliard d’euros, représentant la moitié du coût total des futures installations.

Le second round, qui doit s’achever le 3 juillet, est doté des 275 millions dédiés, l’an passé, au CSC et au produit de la vente des 100 millions de quotas restant.

Contrairement à 2012, Londres compte bien rafler la mise dans le domaine du CSC. Le 24 mars, le ministère britannique de l’énergie et du climat (Decc) a sélectionné les sites de Peterhead et de Drax pour accueillir les expérimentations de captage-stockage géologique du CO2 [JDLE] de la Couronne. Porté par les consortiums SSE-Shel (Peterhead) Drax Power-Alstom (Drax), ces projets seront des candidats sérieux pour le NER 300, millésime 2013.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus