Néonicotinoïdes: les semences enrobées ne servent à rien

Le 21 octobre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Trop en avance sur la chrysomèle du haricot
Trop en avance sur la chrysomèle du haricot
DR

A défaut d’être les amis des pollinisateurs, les néonicotinoïdes sont-ils efficaces? Pas tant que ça, à en croire l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA): portant uniquement sur le soja, un avis publié le 15 octobre révèle que les semences enrobées de néonicotinoïdes ne sont d’aucun intérêt pour l’agriculteur.

Tout ça pour ça? Bête noire des apiculteurs, ces insecticides, suspendus depuis décembre 2013 en Europe, sont depuis peu accusés de fragiliser l’ensemble de la faune, bien au-delà des pollinisateurs. Or certaines de leurs applications, en particulier lorsqu’ils sont utilisés en enrobage des semences, semblent sans aucun bienfait pour le rendement. Et c’est l’EPA qui le dit, dans un avis portant sur le soja.

«Les études publiées indiquent que dans la plupart des cas il n’y a aucune différence de rendement que les semences aient été traitées par des néonicotinoïdes ou qu’elles n’aient reçu aucun traitement», explique l’EPA. Selon l’agence fédérale américaine, il n’y a dès lors aucun gain financier pour l’agriculteur.

L’explication en est simple: l’insecticide, qui gagne la feuille lorsque la plante pousse, n’y reste efficace que pendant les 3 à 4 semaines après l’ensemencement. Or la plupart des nuisibles, dont les pucerons du soja et la chrysomèle du haricot, ne sont vraiment actifs qu’après cette période.

Le marché submergé de semences enrobées?

Selon un questionnaire adressé à une vingtaine de producteurs américains de soja, ceux-ci se montrent assez peu convaincus du bienfait des semences enrobées. Alors pourquoi en achètent-ils, si elles sont plus chères? Pour 45% d’entre eux, il est tout simplement difficile, voire impossible, de trouver des semences non traitées de cette façon. Pour les autres 55%, il demeure en revanche facile d’en trouver.

Aux Etats-Unis, environ 31 millions d’hectares sont consacrés au soja, dont 31% plantés avec des semences enrobées avec des néonicotinoïdes, en général de l’imidaclopride ou du thiaméthoxam -plus rarement de la clothianidine. Qu’en est-il de l’efficacité des semences enrobées avec d’autres cultures que le soja?

Les résultats ne sont probablement pas meilleurs, selon une synthèse publiée en mars par le Centre for Food Safety, une association qui milite pour le bio. Sur les 19 études qu’ils ont analysées, 8 ne montraient aucun effet sur le rendement de semences traitées aux néonicotinoïdes, tandis que 11 autres ne révélaient qu’un effet négligeable.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus