Nelly Olin n’aime pas le charbon havrais

Le 12 janvier 2007 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La ministre de l'Ecologie et du développement durable, Nelly Olin, a déclaré, mardi 9 janvier, qu'elle s'opposerait aux deux projets de centrales thermiques au charbon sur le port du Havre (Seine-Maritime) si ces installations devaient générer des gaz à effet de serre (GES). «Il est hors de question que des projets de ce type soient réalisés dans des conditions qui ne respectent pas le protocole de Kyoto», a-t-elle affirmé lors d'une visite au Havre. Elle a assuré qu'elle serait «extrêmement vigilante» sur des installations «qui pourraient générer du CO2», en assurant que ces dossiers en étaient «au stade de discussion et non de projets». En décembre, les Verts se sont déjà déclarés opposés à cette perspective en estimant que le charbon faisait partie des sources d'énergie «les plus polluantes» en raison de ses émissions de carbone. De son côté, le directeur du port autonome du Havre, Jean-Marc Lacave, a assuré que ces centrales n'auraient rien à voir avec les anciennes grâce à la mise en oeuvre de technologies permettant le «recyclage» du CO2. D’une capacité unitaire de 800 mégawatts (MW), ces deux projets sont portés par la Snet, filiale d’Endesa, et par Poweo.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus