Ne suivez pas le bœuf japonais

Le 13 juillet 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La peur d'une contamination de la chaîne alimentaire par la radioactivité de la centrale de Fukushima s'est encore accrue mercredi au Japon.
 
Le gouvernement a en effet annoncé que du bœuf contaminé avait été distribué et consommé dans l'archipel.
 
Onze bovins élevés dans une ferme de Minamisoma (nord-est), située juste à l'extérieur de la zone d'exclusion de 20 kilomètres autour de la centrale accidentée, ont été testés positifs au césium radioactif, à des niveaux trois à six fois supérieurs à la limite légale.
 
La viande de six autres animaux issus de la même exploitation avait été distribuée en mai et juin dans le pays et a, semble-t-il, en grande partie déjà été consommée.
 
Près d’une tonne et demi de viande a été livrée à des magasins et des restaurants de 12 préfectures, dont Tokyo et Osaka, a indiqué mercredi un responsable de la capitale.
 
Un taux de césium radioactif de 3.200 becquerels par kilogramme -contre une limite autorisée de 500 becquerels - a été détecté lors d'un test effectué sur de la viande d'une des onze bêtes dans une usine de transformation alimentaire à Tokyo. De précédentes analyses, externes, réalisées sur les animaux à la ferme n'avaient pas révélé de problèmes de radiations, selon des responsables.
 
Le gouvernement a tenu à rassurer le public sur les risques pour la santé, en précisant qu'il faudrait manger de la viande contaminée chaque jour pendant un an pour subir un quelconque impact.
 
Des responsables de la préfecture de Fukushima ont déclaré que le fermier avait affirmé dans un questionnaire que les vaches n'avaient pas été alimentées avec du foin contaminé, mais les tests ont depuis révélé des taux de césium radioactif 56 fois supérieurs à la limite légale, a indiqué l'agence de presse Kyodo.
 
L'éleveur a finalement reconnu que son foin avait été laissé à l'air libre et exposé aux retombées radioactives lors de l'accident nucléaire provoqué par un tsunami de 14 mètres le 11 mars.
 
Afin de répondre aux craintes de la population, le ministère de l'Agriculture envisage désormais d'analyser l'herbe consommée par les bœufs  et les vaches laitières, a rapporté le journal Yomiuri, citant des sources ministérielles.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus