NDDL: les zadistes ont tenu parole

Le 26 janvier 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La départementale D 281 est déblayée et sera bientôt réouverte.
La départementale D 281 est déblayée et sera bientôt réouverte.
Google Earth

 

Conformément à leurs promesses, les occupants du site de Notre-Dame-des-Landes ont nettoyé la départementale D 281, la fameuse route des chicanes. Une réouverture appréciée par la préfète de la région.

 

Comme elle s’y était engagée la préfète de la région Pays-de-la-Loire a vérifié de visu que la route départementale D 281, qui traverse l’ancienne zone à défendre (ZAD) du site où aurait pu être construit l’aéroport de Notre-Dame-des-landes (NDDL), était bien dégagée. Baptisée la route des chicanes, cette chaussée avait été obstruée par de nombreux obstacles et barricades. Elle est interdite à la circulation depuis novembre 2012.

Arrivée dans un convoi fortement protégé par des forces de la gendarmerie, Nicole Klein a parcouru sans encombre les trois kilomètres entre Vigneux-de-Bretagne et Notre-Dame-des-Landes.

Un signe de bonne volonté

Après avoir rencontré des représentants de l'association de riverains Acipa[1], du collectif d'organisations agricoles Copain et des zadistes, la représentante de l’Etat s’est dite satisfaite de voir que la route et ses fossés avaient été dégagés. «Ce dégagement est réalisé. Ça a demandé beaucoup d'efforts, de beaucoup de monde, mais c'est réalisé. C'est un signe de bonne volonté», a déclaré la préfète.

Dégagée, la route devra faire l’objet de travaux de confortement, après 5 ans d’abandon. Dès lundi 29 janvier, les services de la voirie du département (Loire-Atlantique) viendront évaluer l’état de la chaussée. Le montant des travaux, qui pourraient durer quelques semaines, devrait s’élever à 600.000 euros, a indiqué la préfète. L’Etat devrait régler l’ardoise.

Elisabeth Borne à Nantes

Reprenant le message délivré il a 9 jours par le Premier ministre, Nicole Klein a rappelé que «l'Etat ne garderait pas les terres», et que seuls pourront rester «les agriculteurs qui s'inscrivent dans l'état de droit», c'est-à-dire cotisant à la sécurité sociale agricole, «payant un fermage, l'eau, l'électricité», a-t-elle réaffirmé. Les occupants qui ne seront pas «d'accord sur les règles à respecter» devront partir avant le 30 mars.

 

Les pro-aéroport bénéficieront d’une opération de ‘calinothérapie’. Dès samedi 27 janvier, ils recevront à Nantes la visite de la ministre des transports, Elisabeth Borne. L’ancienne présidente de la RATP pourrait à cette occasion préciser le calendrier de l’amélioration des infrastructures (ferroviaires, notamment) promises le 17 janvier par le Premier ministre.



[1] Acipa: Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (créée en 2000)

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus