- 

Nantes: le covoiturage urbain devient transport public

Le 14 novembre 2019 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La solution de covoiturage proposée par Nantes métropole et la Semitan participera à la réduction de la part modale de la voiture à 27% en 2030 (actuellement 43%).
La solution de covoiturage proposée par Nantes métropole et la Semitan participera à la réduction de la part modale de la voiture à 27% en 2030 (actuellement 43%).

La métropole nantaise intègrera le covoiturage à son offre de transport public dès le 19 novembre. Les conducteurs toucheront 2 euros par passager et par trajet d’au moins 2km.

 

Le covoiturage à 2 balles. C'est ce que proposera Nantes Métropole et la Semitan (Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise) à partir du 19 novembre prochain, avec «Covoit’Tan». Inédit en France, ce service complète l'offre de transports collectifs existante.

Les objectifs sont multiples. Il s'agit d'abord de faire passer la part modale de la voiture de 43% à 27% entre 2018 et 2030. Ce qui permettra d'assainir la qualité de l'air nantais, de fluidifer le trafic et couvrir les 20% du territoire peu ou pas desservi par les transports publics.

transporter 30 personnes dans 20 voitures

«En moyenne, 24 voitures transportent 30 [actuellement dans la métropole ndlr]. Transporter 30 personnes dans 20 voitures, diminuerait la circulation de 16%», résume Bertrand Affilé, vice-président au transports et déplacement à Nantes Métropole.

Pour la Sémitan l’intérêt est double. «Elle n’aura pas à financer des transports dans les zones peu denses grâce à cette alternative. Sur les lignes insuffisamment desservies et surchargées, Covoit’Tan peut aussi venir soulager les bus», indique Bertrand Affilé.

Comment ça marche ?

Pour réserver son covoiturage, il faudra passer par l'application TAN ou par l'application spécialisée dans le covoiturage urbain «Klaxit». L’utilisateur devra ensuite renseigner son adresse de départ et son adresse d'arrivée et se verra proposer plusieurs itinéraires.

Pour «Covoit-Tan», les tarifs seront les mêmes que ceux du bus ou du tram. Pour la formule «sur mesure», il faudra payer 1,51 euro. Les voyageurs occasionnels devront s’acquitter de deux euros. Quant aux 150.000 titulaires de la formule illimitée, ils n’auront rien à débourser. Les conducteurs, seront rémunérés 2 euros par trajet et par passager. Si la course dépasse les 20 km, ils seront indemnisés à hauteur de 0,10 euro par km supplémentaire.

La carotte suffira-t-elle? La Semital a enregistré plus de 1.000 conducteurs potentiels. Elle estime cependant qu’il en faudrait cinq fois plus pour que l’offre soit suffisante. En amont, une campagne de communication a été lancée dans les services de transports de la métropole afin de recruter des covoitureurs.