Nantes, capitale verte de l’Europe en 2013

Le 25 octobre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La Commission européenne a dévoilé le 21 octobre les lauréates du prix de la capitale verte de l'Europe, lors d'une cérémonie qui s'est déroulée à Stockholm. Nantes a été élue pour 2013. En 2012, les honneurs reviendront à la ville espagnole de Vitoria-Gasteiz.

Chaque année, les villes qui montrent l'exemple en matière de mode de vie urbain respectueux de l'environnement sont récompensées. Après Stockholm en 2010 et Hambourg en 2011, Nantes a été choisie par le jury[1] sur la base de 11 critères environnementaux.

Parmi ces critères figurent la capacité à se conformer à des normes environnementales élevées, l’engagement permanent en faveur d'objectifs ambitieux pour améliorer l'environnement et favoriser le développement durable, le potentiel développé pour servir de modèle aux autres villes et la promotion des meilleures pratiques dans d'autres villes européennes.

Avec ses 285.000 habitants, 6e ville de France, Nantes a mené une politique exemplaire en termes de biodiversité. 3.366 hectares d’espaces verts et plusieurs zones Natura 2000 permettent de protéger la nature. Mais surtout, la cité de Loire-Atlantique a réussi à créer une trame verte et bleue « à l'aide d'un programme de gestion durable de l'eau, relevant ainsi les défis urbains d'une ville située sur deux cours d’eau importants (la Loire et l'Erdre) », rappelle la Commission dans un communiqué du 22 octobre.

En ce qui concerne les transports, Nantes dispose de longue date de transports publics durables : « Elle a été la première ville française à réussir la réintroduction des tramways électriques » (en 1985) et privilégie l'utilisation du vélo. La ville possède également deux bateaux-bus (Navibus) et de nombreuses lignes de bus. Résultat, la pollution de l'air de la ville a été réduite, et un nouveau plan en matière de climat a pour objectif de diminuer de 25 % les émissions de CO2 d'ici 2020.

Autre initiative originale, la mise en place d’un système d'évaluation du risque allergique sous la forme d'un « jardin de surveillance des pollens » expérimental.

Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes, a souligné que « 20 années de travail » ont été nécessaires pour arriver à ces résultats. Mais des progrès restent encore à réaliser en matière d’assainissement de l’eau.

Vitoria-Gasteiz, capitale de la Communauté autonome du Pays basque, et prix de la capitale verte en 2012, « a accompli d'énormes progrès en matière d'écologisation d'un environnement urbain traditionnel », relève la Commission européenne. Une « ceinture verte », zone verte semi-naturelle partiellement gagnée sur des zones dégradées, entoure le centre-ville. Cela permet aux quelque 250.000 habitants de profiter d'un espace vert ouvert dans un rayon de 300 mètres autour de leur domicile. Une surveillance de la flore et la faune est assurée et la fragmentation de l'habitat est réduite partout où cela est possible.

En matière de gestion de l’eau, la cité basque a réussi à gérer les pénuries. Au cours de ces 10 dernières années, elle a constamment diminué sa consommation d'eau et vise la réduction de la consommation d'eau domestique à moins de 100 litres par jour et par habitant. Grâce à des investissements, la distribution et la qualité de l'eau ont été améliorées.



[1] Le jury est composé de représentants de la Commission européenne, de l'Agence européenne pour l'environnement, de l'Iclei (regroupant des acteurs locaux œuvrant en faveur du développement durable), du bureau de la Convention des maires, du bureau européen de l'environnement et du Comité des régions.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus