Nanotechs et ENR: la France peut mieux faire

Le 12 mars 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La Direction générale des entreprises (DGE) a récemment mis en ligne un rapport daté de novembre sur le positionnement des compétences françaises concernant les nanomatériaux. Dans le domaine des énergies renouvelables, les nanomatériaux peuvent être utilisés pour les biocarburants, la biomasse et l'éolien. Ces travaux devraient déboucher dans 10 ans. A l'échelle mondiale, le Japon serait en pointe, mais l'Europe aurait une certaine avance dans le développement des piles à combustible, qui pourraient être introduites plus rapidement qu'ailleurs. A l'échelle française, la France accuse du retard dans le photovoltaïque, mais ses chercheurs pensent remplacer les technologies liées au silicium d'ici 14 ans dans le solaire thermique.

Globalement, le rapport conclut: «Dans le domaine de l'énergie et de l'environnement, où la France est économiquement très présente, la France gagnerait à aligner ses efforts sur ceux du leader japonais qui présente des roadmaps (feuilles de route) plus matures sur de nombreuses applications des nanomatériaux dédiés à ce domaine.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus