Nanotechnologies: les entreprises rechignent à communiquer

Le 16 septembre 2010 par Sabine Casalonga
>  ,
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Moins de la moitié des entreprises européennes utilisant des nanomatériaux communiquent sur le sujet et seulement une infime proportion le ferait de façon transparente, selon une enquête de Novethic publiée hier, mercredi 15 septembre.

Réalisée par des chercheurs de l’école de management de Vlerick Leuven Gent (Belgique) sous la responsabilité de Novethic, filiale de la Caisse des dépôts et centre de recherche sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE), l’étude a porté sur 92 entreprises européennes cotées productrices et utilisatrices de nanotechnologies. Les auteurs ont analysé les informations publiées sur le site web de l’entreprise mais aussi dans son rapport annuel ou de développement durable.

Les résultats montrent un « silence assourdissant » des entreprises. 54 % des entreprises ne disent rien sur les nanotechnologies et moins de la moitié fournissent des informations, mais souvent limitées à l'impact positif des nanotechnologies. L’absence d’un cadre règlementaire clair, mais aussi la volonté d’éviter un sujet sensible de la part de certaines entreprises conscientes des risques potentiels , figurent parmi les explications proposées.

Au final, seules trois entreprises, toutes du secteur de la chimie, ont une communication approfondie: les allemandes -BASF et Bayer- et la française, Arkema. Ces sociétés fournissent notamment une liste d'un ou plusieurs produits contenant des nanotechnologies. Arkema a d’ailleurs annoncé dans un communiqué  du 10 septembre, avoir signé avec le CNRS, l’Institut national polytechnique de Toulouse et l’université Paul Sabatier un accord cadre pour créer le premier laboratoire public/privé dédié à l’étude de l’impact écotoxicologique des nanotubes de carbone dans l’environnement aquatique. L’entreprise produit depuis 2006 des nanotubes de carbone dans son centre de recherche de Lacq.

Les entreprises de la construction et de l’agroalimentaire sont pour l’heure les moins transparentes.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus