Nanos: l’alimentation au crible de nouveaux experts de l’Anses

Le 05 janvier 2017 par Marine Jobert
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'alimentation, 4ème destination des nanos.
L'alimentation, 4ème destination des nanos.
DR

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) lance un appel à candidatures pour approfondir la délicate question de la présence des nanomatériaux dans l’alimentation.

Des toxicologues, des chimistes, des experts en production alimentaire et en réglementation française et européenne, des sociologues... l’Anses lance un appel à candidatures pour constituer un groupe de travail consacré aux nano dans l’alimentation. Les scientifiques intéressés par les questionnements autour des risques potentiels pour la santé de ces particules ajoutées intentionnellement en tant qu’additifs alimentaires ou additifs technologiques dans la formulation des matériaux aux contacts des denrées alimentaires ont jusqu’au 28 février pour soumettre leur candidature.

Des nano pour quoi faire?

La constitution d’un tel groupe fait écho aux «questionnements sur la finalité et l’utilité de leur ajout dans l’alimentation, sur la nécessité d’information du consommateur et sur les risques potentiels encourus», portés par les mobilisations associatives et citoyennes, indique l’Anses. En mai 2014, l’agence avait publié un rapport intitulé ‘Evaluation des risques liés aux nanomatériaux’ qui soulignait la nécessité de renforcer la traçabilité des nanomatériaux manufacturés susceptibles d’être présents dans des produits de consommation, en vue notamment de mieux caractériser les expositions des personnes à ces substances. 

Dans quels produits finis?

C’est l’esprit d’une des actions du troisième plan national Sante? Environnement (PNSE3), qui prévoit de s’attaquer à l’évaluation de l’exposition des nanomatériaux dans les denrées alimentaires. «Ceci impliquera notamment d’étudier la filière agro-alimentaire par la description des acteurs et des quantités de nanomatériaux manipulés, l’identification des nanomatériaux utilisés, des usages et des produits finis», est-il précisé dans le dernier rapport annuel du système de déclaration des substances à l’état nanoparticulaire, R-Nano.

475.766 tonnes en 2016

En 2016, ce sont 475.766 tonnes de produits nano (contre 415.773 tonnes en 2015) qui ont été manipulés sur le territoire français (350.487 tonnes produites et 125.279 tonnes importées). Le 4e secteur d’utilisation déclaré s’intitule «fabrication de produits alimentaires». En juin 2016, l’association Agir pour l’environnement avait mis en lumière la présence de [nano] dans 4 produits alimentaires, dont aucun ne mentionnait leur présence sur l’étiquette, comme l’exige la réglementation.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus