Nancy et Montbéliard: les bus GNV en question

Le 10 août 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Suite aux deux accidents qui ont eu lieu dans des bus fonctionnant au gaz naturel à Nancy et dans l'agglomération de Montbéliard, les municipalités doivent revoir leur politique d'acquisition de bus propres.

Le 7 août, un bus roulant au gaz naturel pour véhicules (GNV) a pris feu à Nancy. Cet incident a eu lieu moins d'une semaine après l'explosion, le 1er août, d'une des 9 bonbonnes de 126 litres d'un bus GNV de la communauté d'agglomération du Pays de Montbéliard (CAPM). Des dégâts matériels ont été constatés lors du deuxième incident: bus totalement brûlé, toiture et volets d'une habitation endommagés.

La communauté urbaine du Grand Nancy a déclaré ne pas vouloir pour le moment changer sa politique d'achat de bus propres. En effet, explique Céline Reichart, attachée de presse du Grand Nancy, «nous souhaitons éviter l'amalgame avec l'incident de Montbéliard. Il s'agit dans notre cas d'un problème mécanique, la casse du turbo sur le moteur, qui n'a pas de rapport avec l'utilisation du GNV.» Depuis l'incendie, le Grand Nancy a engagé la vérification des turbos de l'ensemble des moteurs des bus du même type pour les remettre en service au fur et à mesure. «Toutefois, notre ambition reste la même: acquérir un parc de transport en commun qui utilise à 100% des énergies propres d'ici 2010, indique Céline Reichart. Nous sommes déjà à 65%, grâce à l'électricité pour le tramway et le GNV pour les bus. Et l'énergie choisie pour les bus devrait continuer à être le GNV.»

La situation apparaît différente pour la CAPM. Mise en place en 1998, la politique de transports publics propres de Montbéliard atteint une flotte de 29 bus, dont 4 du modèle incriminé, retirés de la circulation pour le moment. «Mais nous avions déjà suspendu l'achat de bus GNV depuis 2003, explique Gisèle Wettling de la CAPM. Cette décision, qui n'est pas définitive, était due aux coûts d'exploitation trop élevés liés à ce type de carburation. En outre, les nouveaux bus diesel équipés d'un filtre à particules répondent aux exigences européennes.» L'arrêt définitif de l'acquisition de bus roulant au gaz naturel pourrait désormais être lié aux résultats de l'enquête judiciaire, menée par la gendarmerie et le parquet.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus