Nagoya : le WWF appelle à une alliance globale

Le 26 octobre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Alors que les négociations semblent patiner depuis une semaine à Nagoya, le WWF a lancé hier 25 octobre un appel aux délégués de la Convention sur la diversité biologique (CDB) pour la création d’une alliance globale pour la préservation de la biodiversité.

« De cette première semaine de négociations, il ressort une division entre les pays en voie de développement, qui abritent la majorité des espèces, et les pays développés. Ces derniers, qui s’étaient engagés à fournir les ressources nécessaires pour protéger la nature, n’ont pas atteint leurs objectifs fixés en 2002 » souligne le WWF.

Il est toutefois encore possible d’arriver à un résultat concluant, selon l’ONG, « si les ministres de l’environnement, qui s’apprêtent à rejoindre les négociations, emportent dans leurs bagages beaucoup de courage politique et d’engagement ». Jim Leape, directeur général du WWF-International précise : « Ce que nous voulons voir, c’est une alliance globale visant à protéger la vie sur terre. Les gouvernements ont besoin de valoriser la nature d’un point de vue intrinsèque et économique. C’est dans leur intérêt de parvenir à un résultat fort ».

Les négociations piétinent sur le dossier de l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages liés à leur utilisation (APA ou ABS en anglais), ainsi que sur la question du financement, selon le WWF. Or l’absence d’accord sur ces deux points, voulus par les pays du Sud, risque de bloquer tout accord sur le plan stratégique pour 2020, poussé par les pays industrialisés.

Le WWF demande ainsi aux différentes parties d’adopter un plan d’action pour la mobilisation des ressources « sachant que le coût de l’inaction serait encore beaucoup plus élevé ».

Parallèlement, le WWF publie ce 26 octobre un rapport montrant qu’une nouvelle espèce vivante a été découverte tous les trois jours en Amazonie au cours de la dernière décennie. Plus de 1.200 nouvelles espèces de plantes et de vertébrés ont été découvertes entre 1999 et 2009, confirmant que cette région du monde est l’une des plus riches en biodiversité, d'où l'urgence de la protéger.

Dans le JDLE « Biodiversité : le Grand soir n’aura pas lieu à Nagoya »

Dans le JDLE « Nagoya : la France se veut optimiste »

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus