Mururoa: une pension pour syndrome anxieux

Le 08 décembre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le tribunal des pensions militaires des Deux-Sèvres n'a finalement pas reconnu le lien entre la dépression chronique du militaire retraité de la marine nationale, Jean-Henry Bouffard, et les essais nucléaires en Polynésie française. Toutefois, le tribunal a décidé de lui accorder une pension pour syndrome anxieux au taux de 70%. Il affirme, en s'appuyant sur une expertise médicale, que ces troubles ne sont pas en lien avec des radiations ionisantes, mais que l'exposition à laquelle Jean-Henry Bouffard a été soumis, à la fin des années 60, a eu une «valeur traumatisante». Le retraité, qui affirme être atteint de pathologies d'origine nucléaire, avait saisi la justice suite au refus du ministère chargé de la défense de lui accorder une pension d'invalidité.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus