Mort de « monsieur 1,5°C »

Le 23 août 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tony deBrum avait assisté à un essai nucléaire : une expérience traumatisante.
Tony deBrum avait assisté à un essai nucléaire : une expérience traumatisante.
DR

Tony deBrum est mort. Diplomate marshallien, il était l’une des voix des pays du Pacifique les plus écoutées dans les négociations sur le climat.

 

«C'était un géant de l'histoire, une légende, le gardien de notre avenir partagé», estime la présidente des Îles Marshall, Hilda Heine. Ce géant, c’était Tony deBrum, son ancien ministre des affaires étrangères, qui vient de décéder à son domicile de Majuro (la capitale des Marshall), à l’âge de 72 ans.

Objectif: 1,5°C

Infatigable négociateur lors de nombreuses COP, Tony deBrum avait été l’un des principaux initiateurs de la ‘coalition pour une ambition plus élevée’. Comptant une centaine d’Etats, cette coalition avait réussi, lors du sommet Climat du Bourget, à insérer l’objectif d’une stabilisation du réchauffement à 1,5°C dans l’Accord de Paris.

La peur de l‘engloutissement

Pour de nombreux gouvernements des pays iliens, dont celui des Marshall, seule l’atteinte de cet objectif —quasiment hors d’atteinte aujourd’hui— est susceptible d’éviter l’engloutissement aux pays menacés par la montée du niveau de la mer. Le point culminant des Marshall flirte avec les 2 mètres.

67 essais nucléaires

Très attaché à son petit pays, Tony deBrum était venu à la politique en réaction à l’atome. Enfant, il avait assisté aux conséquences, sanitaires, sociales et environnementales, des essais nucléaires américains. Il fut l’un des premiers marshalliens diplômés d’une université (Hawaï).

Artisan de l’indépendance

Fort logiquement, il devint l’un des négociateurs de l’indépendance de l’archipel, proclamée en 1979. Il réussit en outre à arracher au gouvernement américain un accord de libre association, 150 millions de dollars (127 M€) de dédommagement pour les 67 essais atomiques conduits par l’armée US, et la possibilité pour les Marshalliens d’accéder (relativement) facilement aux hôpitaux des Etats-Unis.

Fatalité. Ironie de l’histoire, Mattlan Zackhras, le ministre marshallien chargé des négociations climatiques, a succombé le 7 août à une attaque cardiaque, à l’âge de 47 ans.

 «Les essais nucléaires des années 1950 et le changement climatique ont beaucoup de choses en commun, estimait-il, les deux mettent les gens en danger; les deux sont initiés par des intérêts qui nous sont étrangers.»

La haine du nucléaire ne l’avait pas quitté. Le 24 avril 2014, il traînait, au nom de son gouvernement, 9 Etats[1] devant la Cour internationale de justice pour infractions au traité de non-prolifération. La cour onusienne refusera, deux ans plus tard, de poursuivre ces pays dotés de l’arme nucléaire.

Proposé pour le prix Nobel de la paix en 2016, Tony deBrum ne s’occupait pas seulement de diplomatie. Avec le linguiste Alfred Capelle, il avait édité le premier dictionnaire anglais-marshallien. Un héritage qui sera utile à ses successeurs dans les négociations internationales.



[1] Chine, Corée du Nord, Etats-Unis, France, Inde, Israël, Pakistan, Royaume-Uni, Russie.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus