Moratoire sur la fracturation hydraulique au Québec

Le 04 avril 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pas de fracturation pendant un an.
Pas de fracturation pendant un an.

Le comité chargé d'étudier les conséquences d'une éventuelle exploitation des gaz de schiste au Québec a fermé la porte, mardi 3 avril, à de nouvelles fracturations hydrauliques pendant au moins un an, même pour des motifs scientifiques.??

Lors de la création de ce comité d'évaluation environnementale et stratégique sur les gaz de schiste (EES) en 2011, il avait été convenu que de nouvelles fracturations de puits de gaz de schiste pouvaient être autorisées à des fins d'acquisition de connaissances scientifiques. ??

Les entreprises devaient faire une demande au comité qui, lui, pouvait émettre une recommandation au ministère québécois de l'environnement de la province francophone dotée d'importants gisements dans la vallée du Saint-Laurent.??

Or le comité ne recommandera pas au ministre d'autoriser des projets de fracturation hydraulique destinée à rechercher ou à exploiter du gaz de schiste aux fins d'acquisition de connaissances d'ici le dépôt de son rapport final à l'automne 2013, a-t-il indiqué mardi. ??

Le comité a constaté que le contexte économique et social est peu favorable à la réalisation d'activités de fracturation par l'industrie du gaz de schiste, ajoute le rapport.??

L'exploitation de tels gisements, des formations rocheuses riches en hydrocarbures, se heurte à une forte opposition au Québec, malgré les promesses d'importantes retombées économiques par l'industrie. ??

La fracturation hydraulique, qui consiste à injecter à très haute pression de grandes quantités d'eau avec du sable et des additifs chimiques afin de libérer le gaz prisonnier de la couche rocheuse, est accusée par les écologistes de polluer les nappes phréatiques et l'air.??

En France, une loi interdit la fracturation hydraulique, faisant de l'Hexagone le premier pays à prohiber ce système qui est le seul disponible à l'heure actuelle pour explorer ces hydrocarbures. Mais le texte autorise des expérimentations à des fins scientifiques.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus