Monoxyde de carbone: intoxications à répétition

Le 02 janvier 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

6.000 intoxications au monoxyde de carbone ont lieu chaque année en France, principalement pendant l'hiver. Le monoxyde de carbone est un gaz invisible et inodore.

Du 24 au 30 décembre, 40 personnes ont été intoxiquées au monoxyde de carbone (CO) en France. Une dizaine a été grièvement atteinte. Les accidents se suivent et se ressemblent: lorsque les particuliers sont victimes d'une telle intoxication à leur domicile, ils l'ignorent jusqu'à l'arrivée des services de secours. Invisible et inodore, le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant indétectable sans matériel approprié.

Dans la nuit du 25 au 26 décembre, les pompiers de Epinay-sous-Sénart (Essonne) ont été alertés à 5h30 du matin par une famille de 5 personnes, souffrant de maux de tête et de vomissements. Munis de leur détecteur de monoxyde de carbone, les pompiers ont pu les faire transporter d'urgence à l'hôpital pour les mettre sous oxygénation. Les 5 personnes étaient intoxiquées par leur chaudière défectueuse. 

Selon l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES), le monoxyde de carbone est responsable chaque année de 6.000 intoxications et de 300 décès, dont 150 sont d'origine domestique, et dans la seule région du Nord Pas-de-Calais, de 1.000 hospitalisations et 40 décès par an.

En recrudescence dès les premiers froids, l'intoxication au monoxyde de carbone survient souvent à cause de la sous-estimation, voire de la méconnaissance du risque. Résultat d'une mauvaise combustion, quelle que soit la source d'énergie utilisée (butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, propane…), ce gaz a une densité voisine de l'air et se diffuse donc très vite dans l'environnement. Il prend la place de l'oxygène dans le sang et peut être mortel en moins d'une heure.

Chaudière à gaz, chauffage au pétrole mal réglé, chauffe-eau défectueux: les origines sont multiples. Chaque année, avec l'arrivée du froid, les autorités sanitaires renouvellent les conseils de prudence: bien ventiler et aérer le logement même en hiver, faire entretenir les installations par un professionnel qualifié, faire ramoner les conduits de cheminée, n'utiliser que brièvement les appareils de chauffage d'appoint fonctionnant au gaz ou au pétrole… ou faire installer un détecteur de monoxyde de carbone. Et en cas d'accident: aérer immédiatement les locaux et évacuer les occupants.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus