MON 810: la France s’oppose à l’avis de l’Efsa

Le 06 juillet 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A la suite de l’avis favorable de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) sur le renouvellement de l’autorisation du maïs MON 810 (1), les ministres français de l’environnement et de l’agriculture ont demandé dans un communiqué du 3 juillet que les conclusions du Conseil Environnement de décembre 2008 soient respectées.

La suspension de la culture de cet organisme génétiquement modifié en France après l’activation d’une clause de sauvegarde en février 2008 pourrait désormais être remise en cause par la Commission européenne. Or, les ministres européens de l’environnement se sont majoritairement opposés le 2 mars dernier à la levée des clauses de sauvegarde de l’Autriche et de la Hongrie (2), rappelle le Meeddm.

Les ministres de 12 Etats membres ont également écrit à l’Efsa le 6 mai afin qu’elle renforce ses méthodes d’évaluation, conformément aux conclusions du Conseil Environnement de décembre 2008 (3). «Les méthodologies ainsi demandées étant en cours de révision pour aboutissement en 2010, l’avis rendu par l’Efsa n’a pas pu encore en tenir compte», souligne le Meeddm. La France précisera sa position sur le futur projet de décision de la Commission après consultation de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et du Haut conseil des biotechnologies.

(1) Dans le JDLE «Maïs OGM: levée de boucliers suite à l’avis favorable de l’Efsa»
(2) Dans le JDLE «OGM: la Commission désavouée par 22 pays»
(3) Dans le JDLE «Les ministres européens de l’environnement réclament une meilleure évaluation des impacts des OGM»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus