MON 810: l’Efsa remet en cause la clause de sauvegarde de la France

Le 03 novembre 2008 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans un avis rendu public vendredi 31 octobre, l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) indique que la clause de sauvegarde invoquée par la France pour suspendre la culture du maïs génétiquement modifié MON810 n'est pas justifiée.

La France avait déposé à la Commission européenne en février 2008 une clause de sauvegarde conformément à l’article 23 de la directive 2001/18/EC lui permettant de suspendre la culture du maïs MON810. Bruxelles avait demandé un avis à l'Efsa.

Dans son avis, le groupe scientifique sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) de l’Efsa affirme que «les informations fournies par la France n’apportent pas de nouvelles preuves scientifiques en termes de risque pour l’environnement et pour la santé chez l’homme ou l’animal, qui justifieraient l’activation de la clause de sauvegarde». Le MON810 qui était le seul OGM cultivé en France, n'a pas été semé en 2008 et reste interdit jusqu’à ce que la Commission européenne statue sur la question.

Le Meeddat a répondu vendredi 31 octobre, dans un communiqué, que la France maintenait sa position et la soutiendrait au Conseil européen. Le ministère rappelle que le Conseil Environnement du 20 octobre s’est prononcé à l’unanimité sur la nécessité de renforcer l’évaluation environnementale des OGM, un travail initié par la France depuis mars 2008.
France nature environnement (FNE) condamne l’absence de prise en compte du principe de précaution, et déclare qu’il «serait impensable qu’un comité d’experts largement acquis à la cause des OGM l’emporte sur une décision politique qui doit être prise démocratiquement». Greenpeace conteste cette décision «prise au mépris des doutes sérieux soulevés par les études scientifiques» et «qui pourrait ouvrir la voie à la ré-autorisation de ce maïs en France». Selon l’ONG, c’est «une nouvelle preuve de l'incapacité de cette agence [l’Efsa] et de la nécessité urgente de la réformer».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus