Moins de morts que prévu pour la canicule de l'été 2006

Le 09 mai 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon un communiqué de l'Institut de veille sanitaire (InVS) daté du 3 mai, une surmortalité de 2.000 décès a été observée en France pendant la canicule de l'été 2006 (du 11 au 28 juillet 2006), alors qu'une surmortalité de 6.400 morts était attendue. C'est le résultat d'une étude effectuée dans le cadre d'un partenariat entre l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l'InVS et Météo France. Un modèle mathématique a été établi sur la période 1975-2003. L'objectif est de mettre en relation les fluctuations quotidiennes de la mortalité observée en France et les variations de températures durant la période estivale (de juin à septembre inclus). Ce modèle a permis de fournir des prédictions quant au nombre de décès attendu un jour donné, en fonction des températures observées ce jour-là et les 10 jours précédents. Selon le communiqué, une telle différence peut s'expliquer par une prise de conscience générale des risques sanitaires liés aux chaleurs estivales extrêmes, ainsi que par la mise en place de mesures de prévention, de surveillance et d'alerte.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus