Moins de gaz sous la mer, plus de gaz dans l’eau?

Le 30 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le chiffre étonne jusqu’aux experts. Lors du second semestre, la production de gaz naturel en mer du Nord britannique a chuté de 24,8% par rapport à la même période de l’année passée, indiquent les dernières statistiques du ministère britannique de l’énergie et du climat (Decc). Durant la même période, la production d’huile et de gaz associé a, quant à elle, diminué de 16%, ce qui ne s’est jamais vu depuis 16 ans que le Decc fait ces comptes.
 
Nulle raison particulière n’explique une telle baisse de l’activité des plates-formes offshore. Certes, les gisements de la mer du Nord sont en déclin. Mais d’habitude, la production baisse d’une dizaine de pourcents par an. Et pas d’un quart.
 
Certains observateurs estiment qu’il s’agit là d’une réponse du berger à la bergère. Les pétrogaziers auraient un peu fermé les vannes pour protester contre les nouvelles taxes crées par le gouvernement Browne. A voir…
 
Ce qui semble acquis, en revanche, c’est que la pression pour développer les gisements de gaz de schiste, dont le sous-sol d’Albion semble regorger, va s’accroître. Après Cuadrilla Resources dans le Lancashire [JDLE], Eden Energy et UK Methane entament des forages exploratoires dans des collines situées à proximité de Bath. Au grand dam des édiles de la cité thermale. Ces derniers craignent en effet que les fluides, utilisés lors de l’hydrofracturation, ne contaminent les sources et l’eau des thermes.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus