Moins de fausses publicités «vertes» en 2009

Le 16 septembre 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Hier matin, le président de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), le président de l’Ademe, ainsi que Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno ont présenté le premier bilan annuel des engagements pris dans le cadre de la Charte pour une publicité éco-responsable, signée en avril 2008 (1). Alors que le nombre de visuels liés à l’environnement a été multiplié par 5,5 entre 2006 et 2009, le taux de conformité de ces publicités a augmenté de 26% pour atteindre 90%, et le taux de manquement a été divisé par deux. Pour Jean-Louis Borloo, qui avait menacé de créer une autorité administrative en cas d’échec de l’autorégulation, «le pari de la confiance a été gagné».

Le bilan 2009 «Publicité et environnement» réalisé par l’Ademe et l’ARPP, également présenté hier, montre qu’aujourd’hui 9 messages sur 10 sont conformes à la Charte, contre 6 sur 10 il y a 3 ans. La plupart des problèmes restants émanent des communications émises par les concessionnaires automobiles locaux, «manifestement moins au fait des règles en vigueur que les responsables qui communiquent au niveau national», estiment les rapporteurs du bilan, ou concernent des sujets liés à l’habitat. «Les nouveaux standards publicitaires, plus respectueux de l’environnement, créés notamment à la suite du Grenelle de l’environnement, demandent à être mieux maîtrisés», a indiqué Philippe Van de Maele, président de l’Ademe.

En octobre prochain, les règles vont encore se durcir pour les professionnels de la publicité puisqu’entrera en vigueur le nouveau code de déontologie publicitaire relative au développement durable. Ce texte éclaircira les confusions liées à l’utilisation de logos ou «labels» créés par l’annonceur et interdira par exemple la dévalorisation de la gravité des enjeux liés au développement durable. A titre d’exemple, une publicité ne pourra plus relativiser «la gravité de la problématique du réchauffement climatique».

Les associations de protection de l’environnement se montrent mitigées quant aux résultats annoncés. Dans un communiqué, Agir pour l’environnement estime que «l’action de l’Etat se résume à tirer, une fois l’an, un bilan de son inaction en matière de contrôle de la publicité» et appelle le ministère à sortir «du règne institutionnalisé du juge et partie en matière publicitaire». Pour France nature environnement (FNE), «nous sommes sur la bonne voie car il n’y a pas d’autre choix que de travailler avec les annonceurs pour lutter contre le ‘greenwashing’. Cependant le système actuel doit encore être corrigé». La fédération d’associations environnementales regrette l’absence de sanctions et réclame aussi des moyens pour sensibiliser la profession sur les nouvelles règles de déontologie.

(1) Dans le JDLE «Le BPV promet d’améliorer la régulation de la publicité»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus