Moins de crime, c’est aussi bon pour le climat

Le 31 mars 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
-62% de GES en 20 ans
-62% de GES en 20 ans

Bonne nouvelle pour la planète: le bilan carbone de la criminalité est en baisse! C’est ce que révèle une étude publiée dans le British Journal of Criminology, menée au Royaume-Uni entre 1995 et 2015. En cause, moins de vols de voiture et de cambriolages, sources de gaz à effet de serre.

Le crime ne paye décidément pas: au-delà de ses aspects sociaux et économiques, il a des impacts environnementaux à ce jour peu étudiés, surtout en termes d’émission de gaz à effet de serre (GES). Exemple: tout meurtre nécessite la mise en branle de services médicaux pour la victime, puis pénitentiaires pour le coupable, tous deux avec des coûts en termes de GES.

Mais les plus délits les plus émetteurs sont sans conteste les cambriolages de domicile et les vols de voiture, qui nécessitent le remplacement des objets dérobés. Or les statistiques démontrent, au Royaume-Uni comme dans de nombreux pays occidentaux, une chute du nombre de délits, tous types confondus, au cours des deux dernières décennies –même si certains progressent, par exemple ceux liés au trafic de drogue ou à la cybercriminalité.

-62% depuis 1995

Dans leur étude, Helen Skudder, du Centre for Environment and Sustainability à l’université du Surrey, et ses collègues ont tenté de chiffrer le bilan carbone de la criminalité britannique. Du moins celui des actes auxquels il est possible d’attribuer des chiffres d’émission : les violences et les vols. Pour cela, ils ont analysé, pour la période 1995-2015, les registres de police ainsi qu’une base de données de délits non déclarés, la Crime Survey for England and Wales (CSEW).

Les résultats montrent une décarbonation drastique: de 7 millions de tonnes de CO2 (MtCO2) émises en 1995, le bilan carbone de la criminalité britannique est tombé à 5 MtCO2 en 2001, puis à 2,6 MtCO2 en 2013, avant de remonter à 2,7 MtCO2 en 2015. Soit une chute de 62% sur 1995-2015.

Une chute plus rapide que la criminalité

Le bilan carbone connaît même une diminution plus rapide que la criminalité elle-même: -44% contre -29% sur la période 2001-15. Ce que les chercheurs expliquent par le déclin particulièrement fort des délits les plus émetteurs, tels les cambriolages et les vols de voiture.

Selon les chercheurs, «tous les types de délits ont un impact environnemental sous la forme d’émissions de CO2, et pas uniquement les crimes environnementaux avec des désastres écologiques à large échelle. Les émissions qui surviennent du fait de ces crimes constituent une forme de pollution, qui contribuent directement au problème des changements climatiques», expliquent les chercheurs.

D’autant que le réchauffement pourrait à son tour aviver la criminalité, dont le taux est lié à la température, rappellent les auteurs. Selon une étude publiée en 2014 par un analyste américain, ce sont 30.000 meurtres, 3,2 millions de cambriolage et 1,3 million de vols de véhicules qui pourraient survenir d’ici à 2100 aux Etats-Unis du seul fait du réchauffement.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus