Modification des LMR de plusieurs substances présentes sur certains végétaux

Le 12 septembre 2013 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 02/09/2013 Alda Leung

Substances indésirables > Contaminants
 

Le règlement (UE) n° 834/2013 du 30 août 2013 modifie les annexes II et III du règlement (CE) n° 396/2005 du 23 février 2005 concernant les limites maximales applicables aux résidus (LMR) de pesticides présents dans ou sur les denrées alimentaires et les aliments pour animaux d'origine végétale et animale. Les modifications apportées concernent les LMR de plusieurs substances présentes dans ou sur certains produits alimentaires.
A la suite de diverses demandes de modification des LMR existantes et des avis favorables de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), le règlement (UE) n° 834/2013 du 30 août 2013 vient modifier au sein des annexes II et III (Résidus de pesticides et teneurs maximales en résidus) du règlement (CE) n° 396/2005 du 23 février 2005, les LMR fixées pour les substances suivantes :
- le bixafen sur les graines de colza, de lin, de pavot et de moutarde
- le difénoconazole sur les coings, les betteraves, les carottes, le raifort, les topinambours, les navets, le persil à grosse racine, les radis, les salsifis, les légumes bulbes, les cucurbitacées (à peau non comestible), les endives, les artichauts, le riz et les racines de chicorée ;
- l’étoxazole sur les cerises, les prunes et les bananes ;
- le fenhexamide sur les groseilles et les haricots non écossés ;
- le fludioxonil sur les cucurbitacées (à peau non comestible) et les radis ;
- l’isopyrazam sur les fruits à pépins, les pêches ainsi que les graines de lin, de pavot, de colza et de moutarde ;
- la lambda-cyhalothrine sur les azeroles et les kakis
- le prothioconazole sur les graines de colza, de lin, de pavot et de moutarde ;
- difénoconazole sur les papayes
 
En revanche, aucune nouvelle LMR n'a été établie pour :
- l'acéquinocyl sur les melons, les concombres et les citrouilles
- l’isopyrazam sur les abricots ;
- le prosulfocarbe sur le fenouil.
 
Concernant le diazinon sur les ananas, le règlement (UE) n° 834/2013 du 30 août 2013 fixe une LMR à 0,3 mg/kg et précise que ce taux s'applique depuis le 26 avril 2013.
 
Pour mémoire, le règlement n° 396/2005 du 23 février 2005, fixe les quantités maximales autorisées de résidus de pesticides qui peuvent se trouver dans les produits d’origine animale ou végétale destinés à la consommation humaine ou animale. Ces LMR comprennent, d’une part, des LMR spécifiques à certains aliments à destination humaine ou animale et, d’autre part, une limite générale applicable quand aucune LMR particulière n’a été fixée. L’objectif est de s'assurer que les résidus de pesticides présents dans les aliments ne constituent pas un risque inacceptable pour la santé des consommateurs et des animaux.
 
Sources : Règlement (UE) n° 834/2013 de la Commission du 30 août 2013 modifiant les annexes II et III du règlement (CE) n° 396/2005 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les limites maximales pour les résidus de l’acéquinocyl, du bixafen, du diazinon, du difénoconazole, de l’étoxazole, du fenhexamide, du fludioxonil, de l’isopyrazam, de la lambda-cyhalothrine, du profenofos et du prothioconazole dans ou sur certains produits, JOUE L 233 du 31 août 2013
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus