Modalités de mise en oeuvre du plan expérimental 2015 sur la contamination au BPA de certaines denrées alimentaires

Le 08 janvier 2015 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 23/12/2014 par Laurine Arnaud


Substances indésirables> Contaminants
 
Par la note de service DGAL/SDPAL/2014-994 du 10 décembre 2014, la Direction générale de l'alimentation (DGAL) précise les dispositions spécifiques à mettre en oeuvre dans le cadre du plan expérimental pour l’année 2015 de la contamination au bisphénol A (BPA) des produits carnés et des produits de la mer non conditionnés en conserve.
 
Dans le cadre de ce plan, les DRAAF (Directions régionales de l'agriculture, l'alimentation et la forêt) et les DDPP (Directions départementales de la protection des populations) devront réaliser 323 prélèvements, de façon aléatoire, sur l'ensemble du territoire national au stade de la mise sur le marché.
 
Ils seront réalisés sur des produits distribués en grandes et moyennes surfaces (GMS), dans les supérettes, chez les artisans (bouchers, poissonniers, traiteurs) ou encore sur les marchés.
 
Les produits visés par ces prélèvements seront les suivants :
- la viande rouge (viande de boeuf non hachée, côte de porc, viande de mouton non hachée, rôti de porc, viande de veau non hachée) ;
- la volaille et le gibier (escalope de dinde, escalope de poulet,
- les abats (foie de veau ou de boeuf) ;
- la charcuterie (jambon cru, pâté ou terrine, chipolata, merguez) ;
- les produits de la mer (lieu ou colin, saumon, thon, crevette cuite)
 
L'annexe I de la directive présente un tableau de répartition du nombre de prélèvements à réaliser par département.
 
Pour information, la réalisation de ce plan expérimental a été décidée à la suite de la publication d'un avis de l'Anses, en juin 2014, relatif à "l’élaboration d’un plan
d’échantillonnage pour actualiser la contamination des produits carnés au BPA". Dans cet avis, l'Anses indiquait que la voie d'exposition prépondérante à ce contaminant était la voie alimentaire et que pour les denrées non conditionnées en conserve, la viande (viandes, abats et charcuteries) contribuerait à 17 % à cette exposition et les produits de la mer à 3 %, sans qu'il y ait d'explication sur la source de contamination de ces denrées. L'Anses recommandait donc la réalisation d'études afin de mieux caractériser les expositions au BPA, en déterminant les sources de contamination (autres que les revêtements des conserves) des denrées d’origine animale.
 
Sources :
 
 
 
 
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus