Mobilité: en 10 ans, qu’est-ce qui a changé?

Le 25 avril 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
10 ans de Vélib, et après?
10 ans de Vélib, et après?
DR

L’Insee et le ministère de l’écologie vont sonder pendant un an les nouvelles habitudes des Français en matière de déplacement. Une décennie percutée par l’irruption du numérique.

Les Français sont-ils en passe de modifier en profondeur leurs habitudes de déplacement? Vous le saurez en lisant l’enquête décennale ‘Mobilité des personnes’ lancée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et par le Service de la donnée et des études statistiques (Sdes) du ministère de la transition écologique et solidaire. D’avril 2018 à avril 2019, leurs enquêteurs vont sillonner le territoire pour sonder les pratiques de mobilité et les parts des différents modes de transport dans les déplacements, quelle que soit leur distance. Il s’agit de la seule enquête qui permette de décrire et de comparer les conditions de transport individuel sur tous les territoires: villes, banlieues et campagnes.

Parce qu’il est économique, qu’il répond à des besoins ponctuels de véhicules adaptés, qu’il facilite le stationnement ou répond à des enjeux écologiques, l’autopartage pourrait séduire 64% des Français, clame Clem’, une plateforme de voitures électriques partagées. Son sondage, réalisé auprès de 500 personnes, pointe deux freins: l’éloignement des sites de récupération des véhicules et leur mauvais état.

Cars Macron et pollution de l’air

Et les résultats risquent d’être instructifs par rapport à ceux de 2008 avec, en 10 ans, la mainmise du numérique sur nos déplacements. Irruption du vélo en libre-service. Montée en puissance du covoiturage, y compris pour les transports du quotidien. Arrivée du billet sans contact. Succès des ‘Cars Macron’. Promesses de la voiture électrique. Sans compter l’installation, dans l’espace public, des thèmes de la pollution de l’air et du dérèglement climatique.

21.000 foyers sondés

21.000 foyers seront ainsi sondés sur leur parc de véhicules à disposition, leurs abonnements pour les transports, leurs déplacements d’une journée, leur environnement du logement et du lieu d’études, l’organisation du travail, les gênes et handicaps éventuels à la mobilité, leurs voyages à longue distance et les freins perçus à la mobilité et aux déplacements.

Les véhicules utilitaires légers (VUL). Moins de 3,5 tonnes, capables d’emporter jusqu’à 30 mètres cubes de marchandises, ils sont devenus les transporteurs incontournables du ‘dernier kilomètre’. Non content d’être opéré par des sociétés étrangères peu regardantes sur la règlementation, le secteur émet, rapporté à la tonne transportée, 5,7 fois plus de gaz à effet de serre que celui des poids lourds, selon un rapport du député LREM Damien Pichereau. Le Sarthois recommande notamment la mise en place de centres de distribution urbains pour contrebalancer l’éloignement des plateformes des centres-villes et recommande l’inclusion d’un schéma intercommunal d’aménagement de la logistique urbaine dans les documents de planification.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus