Mission possible pour le réseau Natura 2000?

Le 03 février 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Issu de la directive Habitat, le réseau Natura 2000 a maintenant 20 ans. Il est constitué de 27.000 sites couvrant un cinquième du territoire européen. Si certains pays avancent à grands pas dans la création de leur réseau national, d’autres ont pris beaucoup de retard. Les sites existent mais ne sont pas correctement protégés.

Publié jeudi 2 février, le rapport du bureau environnemental européen (EEB) révèle que pour un grand nombre de sites Natura 2000 aucun plan de gestion n’a été mis en place. Si dans certains Etats membres, comme la Suède, une réglementation nationale adaptée et un cadre financier ont été établis pour plus de 90% des sites, pour d’autres, comme la France, ce chiffre chute à 50%. Pourtant, la France, qui compte 1.753 sites couvrant 12,5% de son territoire, demeure avec l’Autriche dans le peloton de tête des pays dont les objectifs devraient être atteints pour 2016.

Selon le ministère français de l’écologie, tous les documents d’objectifs devaient être finalisés pour 2010. Mais Paris a pris du retard en raison de la complexité de la mise en place des 207 sites marins. D’ailleurs «aucun comité Natura 2000 ne s’est réuni depuis 2010», commente Maxime Paquin, chargé de mission à France Nature Environnement (FNE) avant d’ajouter: «Jusqu’à présent très peu de contrats d’objectifs ont été signés en France en raison de blocages des acteurs socio-économiques.»

Partie plus tard que les autres, la Pologne devrait quant à elle rattraper rapidement ses homologues suédois et français. Varsovie s’est fixé, en effet, une stratégie et un calendrier précis jusqu’en 2013 et a débloqué des moyens financiers pour la moitié de ses sites.

L’Irlande, la Grèce, le Portugal et l’Espagne, qui auraient dû avoir créé en 2000 leur réseau et commencé la protection, n’ont réussi à mettre en place un plan de gestion que sur 5 à 15% de leurs sites. D’ailleurs les plans de gestion proposés sont de qualité diverse d’un pays à l’autre.

«Il est de plus en plus évident qu’investir dans un réseau Natura 2000 et dans la biodiversité est créateur d’emplois, c’est un facteur de croissance économique et cela permet de répondre aux objectifs climatiques et de biodiversité. Mais ce ne sera pas possible sans un effort financier de l’Europe pour le développement de plans de gestion et la mise en place d’actions concrètes», estime Jeremy Wates, secrétaire général de EEB qui demande que les moyens de l’instrument financier pour l’environnement (programme Life) soient quintuplés, alors que le budget Life s’élève à 0,2% du budget de l’Union.

La Commission européenne a calculé, à partir des chiffres fournis en 2008 par les Etats membres, que la mise en place des sites Natura 2000 coûterait 5,8 milliards d’euros par an pour les 27 Etats membres, à comparer au budget de l’Union européenne qui s’élève pour la période 2007-2013 à 864,3 Md€.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus