Mise en place d'un dispositif pilote de surveillance de la fièvre Q dans divers départements en élevages bovins, ovins et caprins

Le 10 septembre 2012 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 07/09/2012 par Alda Bassanza

Animaux et alimentation animale > Bien-être des animaux

Un arrêté du 13 août 2012 fixe les dispositions relatives à la constitution d'un dispositif pilote de surveillance de la fièvre Q dans des départements en élevages bovins, ovins et caprins.

Le dispositif pilote de surveillance de la fièvre Q en élevages bovins, ovins et caprins est mis en place en application de l'article L. 201-3 du Code rural et de la pêche maritime. Il s'applique dans dix départements figurant sur la liste en annexe de l'arrêté du 13 août 2012, notamment en Aveyron ou dans les Deux-Sèvres. La coordination du protocole de surveillance au niveau local est confié au directeur départemental en charge de la protection des populations des départements concernés.

Cette surveillance doit permettre :
"- d'évaluer la proportion d'élevages ayant été rapportés comme "cliniquement atteints de fièvre Q", pour les trois espèces de ruminants, parmi les élevages à avortements répétés ayant fait l'objet d'un diagnostic de fièvre Q ;
- de décrire les niveaux d'excrétion des bactéries dans les échantillons, en fonction des espèces, au niveau individuel".
 
L'arrêté du 13 août 2012 précise les méthodes de diagnostic, de dépistage pour la recherche de la fièvre Q, les élevages ciblés par la surveillance événementielle et établit la définition des élevages "cliniquement atteints de fièvre Q". La surveillance événementielle vis-à-vis de la fièvre Q concerne, pour les élevages bovins par exemple, les élevages dans lesquels au moins deux avortements ont été détectés à trente jours d'intervalle ou moins.
Dans les élevages ciblés, un suivi est mis en place lorsque les résultats d'analyses des prélèvements n'infirment pas la suspicion.
 
A noter, l'arrêté du 13 août 2012 est applicable pour une durée de trois ans.
 
Pour information, l'article L. 201-3 du Code rural et de la pêche maritime précise que "L'autorité administrative prend toutes mesures destinées à collecter, traiter et diffuser les données et informations d'ordre épidémiologique concernant les dangers sanitaires de première catégorie ainsi que, dans la mesure où cela s'avère nécessaire, les dangers sanitaires de deuxième catégorie. Lorsque ces données et informations sont couvertes par le secret professionnel ou le secret en matière commerciale et industrielle, la collecte, le traitement et la diffusion s'effectuent dans des conditions préservant leur confidentialité à l'égard des tiers".
 
Sources : Arrêté du 13 août 2012 relatif à la constitution d'un dispositif pilote de surveillance de la fièvre Q dans des départements en élevages bovins, ovins et caprins, JO du 21 août 2012

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus