Minergie, l'équivalent suisse de HQE

Le 26 avril 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Minergie
Minergie

Alors que la Haute qualité environnementale (HQE) semble encore avoir du mal à convaincre le secteur privé, son équivalent suisse, Minergie, se targue d'une part de marché moyenne de 10% pouvant atteindre 20% dans certains cantons.

Créée en 1998, le standard Minergie partage le même objectif que la Haute qualité environnementale (HQE): encourager les propriétaires, architectes et promoteurs à réaliser des constructions conformes aux exigences d'un développement durable. Cependant, les deux normes ont pris des directions totalement différentes. D'un côté, Minergie s'est concentrée sur trois points essentiels: une enveloppe étanche à l'air, une excellente isolation thermique, et une aération contrôlée. De l'autre, la démarche HQE cible 14 points qui prennent en compte l'énergie, la santé, l'eau et les déchets: l'éco-construction (1) l'éco-gestion (2), le confort (3) et la santé (4). «La démarche HQE accorde une grande importance à la vue d'ensemble d'un projet, explique Dominique Bidou, président de l'association HQE. L'énergie est bien sûr un domaine essentiel pour l'environnement, mais la santé aussi. Quand on touche une dimension d'un système, les autres sont influencées.» Dominique Bidou cite ainsi l'exemple d'un bâtiment construit dans les années 1970 avec une très bonne isolation thermique mais pas acoustique. Ce qui a diminué de manière très sensible le confort de vie des habitants.

L'atout de Minergie pour convaincre la majorité des acteurs du BTP (en construction et en rénovation): l'argument financier. En effet, ce standard ne présente qu'un surcoût d'investissement moyen de 6,3% et un coût annuel de fonctionnement inférieur 0,6% aux bâtiments classiques (5). Grâce à des aides financières offertes par les cantons, et des hypothèques à taux d'intérêt préférentiel, et des déductions fiscales pour les énergies renouvelables, Minergie a totalisé, fin 2003, près de 3.000 labels et 2,4 millions de mètres carrés de surface de référence énergétique (SRE). Soit une part de marché globale de 10%.

Adapté à tous les types de bâtiment (logement, bâtiment tertiaire, écoles, commerces, restaurants, bâtiments industriels etc.), le label suisse met en avant l'optimisation de l'architecture du bâtiment (forme du bâtiment, solaire passif), son enveloppe (isolation renforcée, fenêtres performantes), et ses installations techniques (aération, solaire actif, chauffage à basse température). Les exigences thermiques atteignent 42 kilowatts-heures par mètre carré et par an pour le neuf et 80 pour les bâtiments construits avant 1990.



(1) Relation harmonieuse des bâtiments avec leur  environnement immédiat, choix intégré des procédés et produits de construction, chantier à faibles nuisances

(2) Gestion de l'énergie, de l'eau, déchets d'activité, entretien et maintenance

(3) Confort hygrothermique, acoustique, visuel, olfactif

(4) Qualité sanitaire des espaces, de l'air et de l'eau

(5) Valeurs obtenues grâce à l'examen de 50 bâtiments




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus