Milan mise massivement sur le vélo pour son déconfinement

Le 21 avril 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
BikeMi est le service de vélo de la mairie de Milan
BikeMi est le service de vélo de la mairie de Milan

La municipalité lombarde a dévoilé ce mardi 21 avril, un programme de réaffectations de la voierie au profit du vélo. Une initiative pour tenter d’éviter un retour au tout voiture suite au déconfinement.

 

Dans les transports publics milanais, le déconfinement s’annonce strict. Les entrées de métro seront sécurisées via un système de contrôle. Il se bloquera lorsqu'un certain nombre de passager sera dépassé. Des cercles seront tracés au sol, dans les wagons, afin d’assurer une distance de sécurité entre les usagers. Même aux heures de pointe, les rames ne seront remplies qu’au tiers de leur capacité.

«On passera de 1,4 million de passagers par jour à 400.000. On ne peut pas imaginer un million de voitures supplémentaires», résume, sur Facebook, le conseiller municipal Marco Granelli, en charge de la mobilité. Juste, mais comment transporter les Milanais dont beaucoup voudront éviter les transports collectifs par peur de la contagion.

Un trajet moyen de 4 km

C’est là que le vélo entre en piste. La municipalité a présenté un plan d'urbanisme tactique, baptisé Strade Aperte (Routes ouvertes). Au menu: création de nouvelles places de parking et aménagement de pistes cyclables sur la chaussée.

Cette stratégie comprend la réalisation d’itinéraires temporaires à faible coût, des chaussées nouvelles et élargies, des zones limités à 30 km/h et des rues prioritaires pour les piétons et les cyclistes. Une quarantaine de kkm de rue seront transformés en pistes à titre expérimental et viendront au réseau existant, long de 200km.

Les travaux débuteront début mai sur un tronçon de 8 km de Corso Buenos Aires, l'une des plus importantes artères commerçantes de la ville. Les infrastructures restantes devraient voir le jour d’ici l’été.

En attendant, il faudra sans doute composer avec un peu plus de voitures. Mais le plan devrait s’en trouver simplifier par la typologie même de la Milan. Une ville dense de 180 km2 dans laquelle le trajet moyen y est inférieur à 4 km. Dans ces conditions, les habitants sauteront peut être plus facilement hors de leur auto.