Mieux traiter les micropolluants des eaux usées

Le 26 juillet 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La station d'épuration de Vidy, à Lausanne, va traiter une dizaine de micropolluants à 80%
La station d'épuration de Vidy, à Lausanne, va traiter une dizaine de micropolluants à 80%

En Suisse, une nouvelle loi fédérale oblige les stations d’épuration à éliminer une dizaine de micropolluants à hauteur de 80%. Exemple à Lausanne, où Suez équipe la station d’épuration (Step) de Vidy d’une technologie couplant l’ozone et le charbon actif.

 

Consacrée au niveau fédéral par la réforme de la loi sur la protection des eaux, applicable en 2016, la lutte contre les micropolluants cible en priorité les pesticides et les résidus médicamenteux, avec un objectif de résultat de 80%. «Lorsque nous avons postulé, le cahier des charges de la Step de Vidy visait l’élimination de 5 molécules: la carbamazépine (un antiépileptique), le diclofénac (un anti-inflammatoire), le sulfaméthoxazole (un antibiotique), le benzotriazole (un anticorrosif) et le mécoprop (un herbicide)», explique Jéromine Albertini, responsable des micropolluants à Suez Environnement.

 

Un bon résultat contre les pesticides

 

Aucune technologie ne permettant d’obtenir de bons résultats sur l’ensemble des molécules, Suez a mis au point un couplage entre l’ozonation (par oxydation des molécules) et l’absorption par du charbon actif en poudre. Résultat: «Les molécules sont éliminées à hauteur de 80% alors qu’en général, les pesticides ne sont traités qu’à 20% et les résidus médicamenteux à environ 50%», affirme la représentante de Suez. Par comparaison, le traitement classique des métaux lourds et des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) est plus efficace puisqu’il obtient 70% de réussite.

 

12 micropolluants traités

 

Entre temps, la législation suisse a changé et exige désormais l’élimination de 12 micropolluants, avec le même taux d’efficacité. Selon Suez, le couplage de l’ozone et du charbon actif reste efficace pour traiter les 8 nouvelles molécules: amisulpride, citalopram, clarithromycine, hydrochlorothiazide, métoprolol, venlafaxine, candesartan et irbesartan.

Le cahier des charges de la ville de Lausanne visant aussi la désinfection des eaux usées pour permettre la baignade dans le lac Léman, Suez a ajouté au dispositif un traitement par UV pour ne pas forcer l’ozonation. L’investissement de la nouvelle station d’épuration représente 275,4 millions d’euros dont 56 M€ pour le groupement Suez-Techfina. Au total, une centaine de stations d’épuration devraient être modernisées dans la Confédération.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus