Mieux prévenir les incendies à La Réunion

Le 23 juillet 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
2.800 hectares de forêt sont partis en fumée à l'automne dernier
2.800 hectares de forêt sont partis en fumée à l'automne dernier

Suite à l’incendie qui s’est déclenché à l’automne dernier sur l’île de La Réunion, une mission d’inspection avait été commanditée par les ministères en charge de l’intérieur, de l’agriculture et de l’écologie. Après une visite sur le terrain du 5 au 9 décembre 2011, son rapport a été publié le 19 juillet par le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), préconisant une série de recommandations.

Pour rappel, l’incendie qui s’est déclenché le 25 octobre dernier dans les massifs du Maïdo et des Bénares, au sein du parc national, a brûlé 2.800 hectares de forêt (voir JDLE).

La mission préconise tout d’abord de réformer le Code forestier afin de permettre à un préfet d’approuver un plan départemental de protection de la forêt contre les incendies (PDPFCI), sans pour autant inscrire la Réunion dans la liste des départements soumis à un risque élevé d’incendie de forêt. Autre piste d’amélioration: le PDPFCI devrait s’enrichir d’une collaboration plus étroite avec le parc national et les collectivités locales, qui sont en charge des travaux.

Les experts notent également que le pôle Risques en place au sein de l’Office national des forêts (ONF) soit renforcé et qu’une cellule permanente de recherche des circonstances et des causes de l’incendie (RCCI) soit créée.

Selon la mission, le dispositif de détection des feux naissants et d’alerte des moyens de lutte est perfectible, compte tenu des retards occasionnés lors de l’incendie de 2011. Des tours de guet doivent être réactivées, et le recours à la surveillance aérienne doit être complété par des patrouilles motorisées, sous la coordination du Centre opérationnel du service d’incendie et de secours (Cordis).

Le diagnostic conclut également à une accentuation de la lutte contre les constructions illégales et à la mise en place d’un dispositif d’observation et de suivi de la biodiversité.

Enfin, la mission conseille de transmettre à l’Unesco les mesures prises dans la zone incendiée pour accroître la prévention des incendies sur l’île. Celles-ci devront être présentées au Centre du patrimoine mondial au plus tard début 2013.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus