Mieux contrôler le commerce des espèces grâce aux nouvelles technologies

Le 05 juillet 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A l’occasion d’une réunion sur les nouvelles technologies qui s’est tenue du 27 au 29 juin dernier à Managua (Nicaragua), les autorités responsables de la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, (CITES) ont présenté le nouveau système informatisé de traitement des demandes de permis CITES.
 
L’objectif de la démarche est de suivre dans de meilleures conditions, et sans les contraintes du papier, le commerce des produits de la faune et de la flore sauvages, précise un communiqué du Programme des Nations-Unies pour l’environnement (Pnue) du 29 juin.
 
Les permis électroniques nationaux et régionaux devraient en effet permettre d’harmoniser le système actuel de contrôle opéré par la CITES et les douanes et de mieux partager les connaissances acquises par les différentes parties en matière d’ « e-permis ».
 
Pour rappel, La CITES établit trois listes (annexes I, II et III) d'espèces animales et végétales prévoyant des niveaux de protection différents, selon l'importance de la menace qui pèse sur elles. Plus de 34.000 espèces sont sous sa protection (l’annexe I interdit totalement le commerce et l’annexe II le régule). La protection des espèces menacées s'applique aux spécimens vivants, morts et à leurs parties (peaux, plumes, dents...) ou produits (vêtements, maroquinerie, bracelet-montres...).
 
Chaque Etat membre a mis en place une structure spécifique afin d’appliquer la Convention de Washington. « En France, le Muséum national d'histoire naturelle est l'autorité scientifique qui exerce une fonction d'expertise et de conseiller technique. L'organe de gestion est la Direction de l'eau et de la biodiversité du ministère de l'écologie», rappellent les douanes françaises.
 
Les directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) sont chargées d'émettre les permis CITES sur demande des importateurs et des exportateurs, professionnels ou particuliers. A noter que le permis CITES d’importation n’est délivré que sur présentation de l’original du permis CITES d’exportation, émis par un organe de gestion du pays d’origine.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus