Mieux connaître les maladies professionnelles

Le 08 janvier 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
medecintravail
medecintravail

Une nouvelle édition d’un guide sur les maladies professionnelles vient d’être publiée. Sa version en ligne comprend des commentaires pour faciliter la compréhension du système, complexe, des tableaux.

Faire mieux connaître les maladies professionnelles, c'est l'objectif de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) et de la Mutualité sociale agricole (MSA) qui éditent, depuis le début des années 1990, un «guide d'accès aux tableaux du régime général et du régime agricole de la sécurité sociale». Celui-ci s'adresse aux médecins du travail, mais aussi aux salariés et aux médecins de ville.

Ces derniers seront informés de l'existence de ce guide par mailing. Rhumatologues, pneumatologues, allergologues et cancérologues sont particulièrement visés. «La notion de santé au travail est très peu, voir pas du tout enseignée lors des études de médecine, explique Anne Delépine, conseiller médecin en santé au travail à l'INRS. Nous voulons leur montrer qu'il ne s'agit pas seulement d'un acte administratif, mais qu'il est parfois nécessaire d'agir sur le milieu du travail pour soigner une pathologie. C'est souvent indispensable pour les allergies et les troubles musculosquelettiques (TMS).»

Le guide permet de mieux comprendre le système des tableaux qui rassemblent les critères de reconnaissance d'une maladie professionnelle. Pour chaque pathologie (colonne de gauche), un «délai de prise en charge» (colonne du milieu) doit être respecté et un travail précis (colonne de droite) doit avoir été réalisé par le malade. Par exemple, on indemnise une cataracte que lorsque le délai de survenue est de 10 ans et lorsque le malade a préparé et appliqué des produits luminescents radifères (tableau 6 du régime général).

Pour chacun des 112 tableaux du régime général, et des 58 du régime agricole, le guide propose une entrée par pathologie et par agents mis en cause (agents physique, chimique ou biologique).

Mais c'est peut-être la version en ligne qui intéressera le plus les parties prenantes, puisqu'un travail d'interprétation a été réalisé à cette occasion. «Aucun salarié ne dira: ‘Je touche du plomb', ce qui correspond au tableau 1 du régime général, explique Anne Délepine. Il dira: ‘je travaille dans la restauration d'art, dans le recyclage des batteries, je suis cristallier'. On a donc essayé de créer des entrées qui permettent d'aller au tableau visé sans qu'aucun terme du tableau ne soit précisé.»

La version Internet permet aussi, depuis le 17 décembre, d'avoir de nombreuses informations annexes aux tableaux, rendant leur lecture «plus claire et plus explicite». Les 10 paragraphes concernent l'historique d'un tableau, les données statistiques de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) et de la MSA sur le nombre annuel de reconnaissances, des explications sur la nuisance liée au tableau, les principales professions exposées, la description de la maladie et les facteurs de risque, les critères de reconnaissance, des éléments de prévention technique (substitution d'un produit chimique, par exemple) et médicaux. Des données réglementaires et des références bibliographiques sont également accessibles.

40 des 170 tableaux sont actuellement commentés. La mise en ligne de l'ensemble devrait être achevée à la fin de l'été 2008.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus