Micro-plastiques: une pollution généralisée à la surface des océans

Le 01 juillet 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La partie émergée de l'iceberg
La partie émergée de l'iceberg

D’importantes accumulations de micro-plastiques ont été découvertes dans plusieurs zones de la planète, avec des conséquences graves sur les micro-organismes comme sur les mammifères marins. Dernière en date, une étude publiée le 30 juin dans la revue Proceedings of the national academy of sciences (Pnas), s’intéresse à l’état mondial de cette pollution à la surface des océans.

Dirigés par Adres Cozar, de la faculté des sciences de la mer de Cadix (Espagne), les travaux se sont basés sur 3.070 échantillons prélevés par l’expédition Malaspina en 2010[1] à travers le monde. Ceux-ci montrent que 88% de la surface des océans est couverte par des micro-plastiques, représentant entre 7.000 et 35.000 tonnes  au total.

 

Selon les chercheurs, la pollution plastique observée à la surface des océans est dominée par des fragments dont le diamètre ne dépasse pas 1 centimètre. Il s’agit essentiellement de polyéthylène, de polypropylène et de polymères entrant dans la composition d’emballages alimentaires, sacs, jouets et produits cosmétiques.

Ils confirment aussi que les accumulations les plus importantes se trouvent dans les 5 gyres de la planète (Atlantique Nord, Atlantique Sud, océan Indien, Pacifique Nord et Pacifique Sud). Avec une plus grande concentration observée dans le Pacifique Nord qui regroupe 33 à 35% du total mondial à lui seul.

Si la quantité totale évaluée à la surface s’avère moins importante que prévu, selon les chercheurs, une grande partie de ces débris se trouvent ailleurs. Ingérés par les animaux marins ou absorbés par les fonds océaniques, ils perturbent l’ensemble de la chaîne alimentaire marine.

Au final, les scientifiques sont unanimes pour conclure que de grandes inconnues demeurent, en particulier quant à la quantité exacte de débris flottants ou profonds à travers le monde ainsi que leur destination. «La quantité de matières plastiques absorbées par les océans risquant de s’accroître, il est urgent de se préoccuper de ce phénomène», affirment-ils.
 



[1] ainsi que sur des études régionales et des travaux antérieurs

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus