Mexique: un site archéologique menacé par la pollution

Le 24 janvier 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les raffineries et les centrales électriques installées sur la côte le long du golfe du Mexique et qui rejettent des polluants dans l’air menacent de faire disparaître les peintures murales de certaines pierres sculptées du site précolombien de El Tajin, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est ce qu’a annoncé, selon une dépêche de Reuters, Humberto Bravo, spécialiste de la pollution de l’air à l’université UNAM de Mexico. Les teneurs en acides autour de ces ruines situées dans l’Etat de Veracruz seraient en effet parmi les plus élevées du Mexique. Selon Humberto Bravo, des substances comme la chlorine, les sulfates et les nitrates rejetés dans l’air notamment par les centrales et les raffineries seraient responsables de l’érosion des pierres. «Si rien n’est fait, les hiéroglyphes pourraient disparaître dans 10, 20 ou 100 ans», a-t-il déclaré.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus