Mexico, Athènes, Barcelone et Paris veulent interdire le diesel en 2025

Le 02 décembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Alors qu’un pic de pollution aux particules fines s’étend sur le pays, la maire de la capitale promet de bannir les véhicules diesel à l’horizon 2025.

Bouter les voitures diesel hors de leur ville d’ici 2025. C’est la promesse formulée par les maires de Barcelone, Paris et Mexico, lors du 6e Sommet des élus des villes pour le climat (Cities 40), qui se tient dans la capitale du Mexique du 30 novembre au 2 décembre. «Aujourd’hui, les maires disent non à la pollution de l’air, non aux maladies et aux décès qui affectent notamment les plus vulnérables d’entre nous. Aux grands défis, des réponses courageuses, et nous appelons les fabricants d’automobiles à nous rejoindre», a déclaré la maire de Paris, Anne Hidalgo, lors de son premier discours de présidente du Cities 40. Un appel et une pétition internationale ont été mis en ligne, exhortant les entreprises à cesser la production de véhicules diesel d’ici 2025 et à soutenir le remplacement à court terme des véhicules polluants traditionnels par des véhicules hybrides, électriques et à hydrogène.

Le C40 rassemble 90 villes -dont Rio, Caracas, New York, Paris, Dakar, Johannesburg, Addis Abeba, Séoul, Pékin, Shanghai, Athènes, Istanbul ou Londres- et représente au total 650 millions de personnes et 25% du PIB mondial.

 

 A 5.000 km de là, la capitale française tousse: depuis trois jours, elle subit un pic de pollution aux particules fines, qui a également gagné les principaux couloirs industriels et routiers du pays. 

 

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus