Mer du Nord: le plan de pêche esquissé au Parlement européen

Le 13 juillet 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La pêche démersale représente 70% des captures de la mer du Nord
La pêche démersale représente 70% des captures de la mer du Nord

Le deuxième plan pluriannuel depuis la réforme de la politique commune de la pêche (PCP) a été adopté, le 12 juillet, par la commission Pêche du Parlement européen. Il vise les espèces démersales de la mer du Nord.

Les captures resteront-elles au-dessous du rendement maximum durable? C’est en tout cas l’objectif fixé par la réforme de la PCP que ce plan de pêche est tenu de respecter. Tout comme le premier plan de pêche pluriannuel, adopté en mars 2016 pour la mer Baltique.

Les règles adoptées par les eurodéputés créent des fourchettes au sein desquelles les totaux admissibles de capture et les quotas devront être fixés. Toutes les mesures devront par ailleurs respecter les avis scientifiques validés par le Conseil international pour l’exploitation de la mer (CIEM) ou par le Comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP) et viser aussi bien la pêche commerciale que la pêche récréative.

 

70% des captures

En mer du Nord, la pêche démersale représente 70% des captures, ce qui implique des milliers de navires des 7 pays côtiers: Allemagne, Belgique, Danemark, France, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède. Les espèces les plus capturées sont la sole, le carrelet, la langoustine, le cabillaud, le lieu noir, l’aiglefin, le turbot, la baudroie, le merlan et la limande-sole.

 

Evaluation dans trois ans

Trois ans après son entrée en vigueur, ce plan de pêche devra être évalué par la Commission européenne (tous les 5 ans par la suite). Autant de mesures qui doivent encore être confirmées par un vote du Parlement européen lors de la session plénière de septembre, avant que les négociations en trilogue ne débutent.

Pour l’eurodéputée allemande Ulrike Rodust (Alliance progressiste des socialistes et démocrates), «ce plan couvre des zones de pêche qui risquent de devenir une monnaie d’échange lors des négociations sur le Brexit. Il est donc absolument essentiel de partir sur une base saine pour ces négociations».

Ce premier pas a d’ailleurs été salué par les ONG. «Les députés européens se sont à nouveau mobilisés pour contrer les tentatives du Conseil d’édulcorer les plans pluriannuels. Ce plan pour la mer du Nord pourrait permettre de restaurer l’ensemble des stocks de poissons dans la région», estime Pew, qui va suivre de près son évolution.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus