Menaces sur les futures éoliennes US

Le 14 février 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Il n’y a pas qu’en France que l’avenir de l’éolien offshore est sombre [JDLE]. Pour que 20% de l’électricité américaine soit d’origine renouvelable d’ici 2020, le département de l’énergie estime qu’il faudra mettre en service 50 gigawatts de capacités éoliennes marines.

Problème, comme l’ont annoncé le dernier rapport du Giec sur les événements extrêmes et, plus récemment, les nouvelles simulations climatiques françaises, le réchauffement climatique va accroître l’occurrence et la puissance des cyclones dans l’Atlantique Nord, la mer des Antilles et le golfe du Mexique.

Des régions où précisément les développeurs envisagent d’installer leurs parcs éoliens. Cinq chercheurs ont évalué le risque cyclonique pesant sur les champs marins d’éoliennes. Et celui-ci n’est pas mince. Publié dans les Annales de l’académie américaine des sciences (Pnas), le résultat de leurs études s’avère inquiétant. Réalisées sur 20 et 30 ans, leurs projections indiquent que, sur toutes les zones étudiées (le littoral de Galveston au Texas, le front de mer du New Jersey du Massachussets et de la Caroline du Nord), les turbines devront immanquablement supporter les assauts d’un typhon, voire de plusieurs.

Selon l’auteure principale, Paulina Jaramillo (université Carnegie Mellon), la région la plus risquée est la côte texane où, sur une durée de 30 ans, le risque de voir la moitié des éoliennes installées en mer détruites par des vents violents est de 30%. En Caroline du Nord, seconde zone la plus dangereuse, ce même risque est évalué à 9%, toujours sur trois décennies.

Evidemment, conviennent toutefois les chercheurs, ce risque pourrait être fortement réduit si les éoliennes étaient conçues pour résister aux cyclones.
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus