Menace sur les oiseaux anglais

Le 19 août 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les populations de verdiers et de pinsons d’Angleterre sont menacées par un parasite : le Trichomonas gallinae. La fondation britannique pour l’ornithologie (BTO pour l’acronyme anglais) et l’Initiative Santé des oiseaux de jardin (GBHi en anglais) ont constaté un déclin de 35 % des verdiers en 2007 (Carduelis chloris). 21 % des pinsons (Fringilla coelebs) ont succombé au même mal. L’étude, publiée sur le site Plos One, le 18 août, estime qu’un un parasite est la cause de cette forte mortalité.

Des chiffres « dramatiques », de l’avis des scientifiques britanniques. « Les recherches ont démontré que cette virulente maladie infectieuse peut causer un brusque déclin des oiseaux communs dans une délai très court », analyse le docteur Rob Robinson, qui a dirigé l’étude. L’éruption de l’épidémie a pu être identifiée grâce à une enquête menée auprès de propriétaires de jardin volontaires. L’examen post-mortem de centaines d’oiseaux a permis d’expliquer ces mystérieux décès.

Résultat, les scientifiques ont découvert que les volatiles en question avaient attrapé la trichomonose. Les premiers oiseaux de jardins, à savoir les verdiers et pinsons, ont été touché dès 2005 par le Trichomonas Gallinae : un parasite connu pour affecter plutôt les pigeons, colombes et oiseaux de proie. Avant 2005, les oiseaux de jardin n’étaient pas concernés. Depuis, estiment les ornithologues, le parasite a « sauté la barrière des espèces ».

Le Trichomonas gallinae provoque des infections dans le fond de la gorge et le gosier, ce qui rend plus difficile la déglutition et la respiration. Une importante salivation, un état léthargique ou un plumage hérissé sont autant de symptômes de cette maladie.

Les oiseaux se transmettent la maladie, en régurgitant les aliments, ou par l’eau, porteuse de salive d’autres volatiles contaminés. Aucun risque pour les hommes, les chiens ou chats. En revanche, les volailles peuvent contracter cette maladie.

Pour éviter une hécatombe, la GBHi recommande aux « Bird’s Watchers » qui nourrissent les oiseaux de respecter certaines règles d’hygiène : ne leur donner que des aliments provenant de « sources sûres », changer l’eau des abreuvoirs» tous les jours et nettoyer les reliefs des repas de nos amis à plumes. 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus