- 

Même une faible pollution de l’air augmente le risque de décès

Le 31 juillet 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un chercheur de l'Imperial College de Londres a montré dans un article publié dans la revue Thorax, quel a pollution due aux fumées noires et au dioxyde de soufre (SO2) continue à augmenter le risque de mort prématurée, malgré une amélioration de la qualité de l'air depuis les années 1960. L'étude porte sur 5.000 adultes vivant en Grande-Bretagne.

Concernant les résultats de la période 1982-1998, le risque d'une mort prématurée liée à une maladie respiratoire augmentait de 4% pour chaque palier de 10 milligrammes par mètre cube (mg/m3) de fumées noires et de 13% pour chaque hausse de 10 parties par milliard (ppb) de SO2. Entre 1994 et 1998, époque où la pollution a globalement diminué, les taux atteignaient respectivement 19% et 22%.






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus