Médecine : le boom des rayonnements

Le 20 août 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

De toutes les sources d’exposition aux radiations artificielles, les rayonnements ionisants d’origine médicale comptent pour 98 %, établit un rapport du Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements (Unscear, selon l’acronyme onusien) présenté, le 17 août, à Vienne. 

Entre 1997 et 2007, période d’observation du rapport, pas moins de 3,6 milliards d’actes médicaux utilisant les radiations ont été répertoriés chaque année. C’est 40 % de plus que pendant la décennie précédente (dont le rapport a été rendu en 2006). « L’augmentation des radiations en médecine n’est pas nécessairement néfaste, il faut seulement s’assurer de leur utilité », précise Fred Mettler, responsable de l’Unscear : l’examen ou le traitement doivent être appropriés au cas du patient et la quantité de rayons administrés optimisée.

Les rayons X et autres méthodes d’examen ou thérapeutiques représentent désormais 20 % des expositions totales (sources naturelles et artificielles) auxquelles sont exposées les populations.

Dans certains pays, l’exposition aux rayons ionisants en radiologie a même dépassé celle des sources naturelles (gaz radon, rayons cosmiques, radionucléides notamment), traditionnellement supérieure.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus