Mayotte: trois mois plus tard, un plan d’urgence

Le 28 février 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
60.000 habitants sont encore privés d'eau potable un jour sur trois
60.000 habitants sont encore privés d'eau potable un jour sur trois

Alors que Mayotte est confrontée à une sécheresse historique depuis trois mois, le ministère des Outre-mer s’est enfin décidé, le 27 février, à lancer un plan d’urgence pour assurer l’approvisionnement en eau des Mahorais.

500.000 euros. C’est le montant du chèque qu’Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer a signé le 27 février. Il doit financer, en priorité, l’achat de bouteilles d’eau et de citernes pour les écoles.

A partir de mi-2017, une rotation de tankers sera par ailleurs mise en place depuis La Réunion. Objectif: alimenter les retenues collinaires avec 500.000 mètres cubes en prévision de la saison sèche, qui démarre en juin, pour un coût de 5 M€ (coût de l’eau non compris). Une étude a été confiée à un expert du groupe Vinci.

 

Retenues interconnectées

Le projet d’interconnecter les retenues existantes de Dzoumogné et de Combani, soutenu par l’association Mayotte Nature Environnement, va faire l’objet d’études de faisabilité. Tout comme la création d’une captation sur la rivière Dembani.

 

Forages et désalinisation

Il faut ajouter la remise en fonction de 8 forages, dont 4 seront opérationnels dès le mois d’août, la création de petites retenues d’eau, et le rehaussement de la digue de Combani d’un mètre. Sans oublier la construction d’une usine de désalinisation, annoncée «au fioul», et d’une troisième retenue collinaire à Ourovéni.

Une 6e campagne de forage pourrait enfin être lancée par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). Comme l’enveloppe de 500.000 € sera largement insuffisante, le ministère doit être aidé par l’Agence française de développement (AFD) et le réseau Outre-mer de la Caisse des dépôts et consignations qui a contractualisé un emprunt de 46 M€ avec le Syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement de Mayotte (SIAEM).

 

Coupures prolongées

Dans l’attente, les Mahorais sont toujours soumis à des restrictions d’eau dans les 8 communes du sud. Soit un tiers de la population mahoraise qui est privée d’eau potable un jour sur trois.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus