Mauvaise année pour les ENR électriques en France

Le 09 janvier 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Avec plus de capacités renouvelables, la France a moins produits d'électricité verte, en 2017.
Avec plus de capacités renouvelables, la France a moins produits d'électricité verte, en 2017.
SIG

Malgré une légère hausse de la capacité installée, les ENR électriques ont moins produit d’électricité en 2017 qu’en 2016.

Les énergies renouvelables ont beau faire l’objet d’attentions nouvelles de la part du gouvernement d’Edouard Philippe, leur progression reste lente dans l’Hexagone. L’an passé, la capacité installée a progressé de 3,2%, indique la dernière édition du Baromètre des énergies renouvelables électriques, publiée ce mardi 9 janvier par Observ’ER et la Fédération nationale des autorités concédantes et régies (FNCCR).

En septembre 2017, la puissance cumulée des barrages hydroélectriques, des champs d’éoliennes, des fermes photovoltaïques, des centrales à biomasse et autre usine marémotrice atteignait 48.071 mégawatts (MW), contre 46.541 MW un an plus tôt.

Ces installations ont injecté 87,8 térawattheures (TWh), l’équivalent de 19,4% de l’électricité consommée entre les mois de septembre 2016 et 2017[1]. Ce n’est pas un record. Selon les statistiques de RTE, les renouvelables, tirées par les bonnes performances de l’hydraulique, ont produit 99,4 TWh en 2016. Malgré une légère progression de la capacité installée, les ENR électriques ont vu leur production chuter de 12% en un an. On a vu mieux.

Lourde facture. Selon les derniers chiffres des Douanes, le montant de la facture énergétique 2017 s’établit à 38 milliards, en hausse de 19%. La faute à la hausse des prix des hydrocarbures et à la baisse des exportations d’électricité.

Au chapitre des filières, l’éolien s’en tire bien. D’une année sur l’autre, le parc hexagonal s’est étoffé de 1.600 MW. A ce rythme, il pourrait atteindre l’objectif intermédiaire fixé par la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) à la fin de 2018 de 15.000 MW. En revanche, les 26 gigawatts (GW), fourchette haute de la PPE pour 2023, sont hors de portée. A moins de raccorder annuellement 2 GW dès cette année.

Les nuages assombrissent le paysage photovoltaïque. Avec 7,7 GWc installés, le parc tricolore n’a progressé que de 484 MWc en un an: 180 MWc de moins qu’en 2016. Sans évolution significative, les objectifs (tant intermédiaire[2] qu’à 2023[3]) fixés par la PPE sont totalement inatteignables.

L’hydraulique est dans une situation paradoxale. C’est l’une des rares sources d’énergies renouvelables électriques à avoir déjà atteint son objectif 2023: 25,8 GW. Selon certains exercices de prospective, les cours d’eau pourraient accueillir 3 GW de capacités supplémentaires.

 




[1] En Allemagne, les ENR ont produit l’équivalent de 36% de la consommation d’électricité, en 2017: + 3,8% par rapport à 2016.

[2] 10,2 GWc fin 2018.

[3] 18 à 20 GWc fin 2023.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus