Mauvais temps pour les OGM au sein de l’Union

Le 23 novembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le commissaire européen chargé de l'environnement Stavros Dimas a confirmé publiquement le 22 novembre son intention de donner un avis négatif concernant la demande d'autorisation de culture de deux OGM: le maïs Bt11 de Syngenta et le maïs 1507 de Pioneer. Leur culture a toutefois reçu un avis favorable de l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa) en 2005. «Le risque est trop élevé pour l'environnement selon plusieurs études scientifiques récentes», a déclaré Stavros Dimas, dont la position avait déjà filtré à la fin octobre mais n'avait jamais été confirmée par l'intéressé. D'après l'AFP, le commissaire souhaite invoquer le principe de précaution car des doutes sont apparus dans le cadre d'études scientifiques sur les effets à long terme de ces deux variétés de maïs transgéniques, en particulier les impacts sur des «organismes non ciblés» tels que des oiseaux. Stavros Dimas a également fait part de son inquiétude quant aux effets sur des espèces de papillons comme le monarche, et sur d'autres insectes.

Le même jour, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a accordé un délai supplémentaire à l'Union européenne pour qu'elle lève l'interdiction d'importation d'OGM actuellement appliquée en Autriche. Selon Reuters, un porte-parole de l'OMC a annoncé que l'Union aurait ainsi jusqu'au 11 janvier pour se conformer aux règles de l'OMC, alors que la date du 21 novembre avait été fixée auparavant. Les pays producteurs d'OGM ayant porté plainte à l'OMC (Etats-Unis, Argentine et Canada) auront le droit de proposer des mesures de représailles si l'interdiction est maintenue.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus