Matra M&S se reconvertit dans les vélos électriques

Le 03 février 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
matra
matra

Matra manufacturing et services s'est associé avec la société américaine Wavecrest laboratories pour développer et produire des vélos électriques de plus de 750 watts. Les ministères de l'Industrie et de l'Equipement se sont déjà engagés à soutenir ce partenariat franco-américain.

Matra M&S a décidé de parier sur l'électrique. En septembre 2003, l'entreprise avait revendu son activité automobile qui représentait des investissements trop lourds. Seul vestige, l'usine de Romorantin (Loir et Cher) continue à faire l'assistance technique des véhicules Espace de la marque Renault. «Seulement, la fabrication des Espaces a cessé en 2002, explique Jacques Bonneville, directeur commercial de Matra M&S. Nous continuons à faire de la vente de pièces détachés, mais l'activité va baisser progressivement pendant les cinq prochaines années.» Matra M&S, en accord avec sa maison-mère Lagardère, a donc décidé d'investir dans une technologie de vélos à haute puissance développée par l'américain Wavecret laboratories. Ce sont des véhicules légers qui font entre 750 et 1.000 watts alors que les vélos à assistance électrique déjà commercialisés en France ne dépassent pas 250 watts. «Wavecrest laboratories a commencé à vendre leurs vélos aux Etats-Unis, poursuit Jacques Bonneville. Mais l'entreprise a besoin d'un partenaire pour s'occuper de l'assemblage, de la distribution et de la commercialisation en Europe. De notre côté, c'est une manière de pérenniser notre activité dans les transports, tout en demandant des investissements moins importants que l'automobile.»

Ce sont d'abord des vélos qui vont être fabriqués pour toute l'Europe, pour pénétrer un marché qui d'ici quatre à cinq ans pourrait représenter 1,5 million d'unités, selon Matra M&S. La commercialisation vise en premier lieu les institutions publiques telles que la Poste ou la police, puis le grand public. Elle ne devrait pas commencer avant un an. En effet, en 2005, la société française continuera à négocier avec les ministères de l'Industrie et de l'Equipement pour obtenir une homologation européenne car la réglementation n'est pas encore adaptée à des vélos de cette puissance. «Le premier vélo devrait tout de même être présenté en octobre prochain», indique le directeur commercial. Puis d'autres types de véhicules légers, comme des scooters ou des fauteuils pour personnes à mobilité réduite, pourraient être développés. La technologie américaine consiste à intégrer un microprocesseur qui contrôle le moteur électrique (non émetteur de gaz à effet de serre) ce qui permet de ne pas réduire la vitesse. La batterie est de type nickel-métal hydrure, donc sans substance toxique pour l'environnement.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus