Mars se veut plus durable

Le 07 septembre 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Mars a acheté 10 années de production à la centrale éolienne de Moy (Ecosse).
Mars a acheté 10 années de production à la centrale éolienne de Moy (Ecosse).
Mars

Engagé dans la réduction de ses impacts directs, le géant américain de l’agro-alimentaire veut inciter ses fournisseurs à adopter de meilleures pratiques environnementales. Un programme doté de près de 1 milliard de dollars.

 

Le point commun entre la barre chocolatée au nom d’un dieu de la guerre, le riz Uncle Ben’s, les chewing-gums Wrigley, les bonbons M&M’s et les marques d’aliments pour animaux domestiques Royal Canin et Whiskas? Tous appartiennent au géant de l’agro-alimentaire Mars.

Propriété de la richissime famille éponyme, ce groupe s’apprête à adapter sa chaîne d’approvisionnement –le cœur de son modèle d’affaires – aux conséquences des changements climatiques. Dans un communiqué publié mercredi 6 septembre, la multinationale US confirme qu’elle investira près d’un milliard de dollars, ces prochaines années, «pour s’adapter aux menaces urgentes que sont le changement climatique, la pauvreté de certains de ses fournisseurs et la rareté de certaines ressources», comme l’indique le PDG Grant Reid, cité par le communiqué.

Plus d’électricité verte en France

Après avoir annoncé en 2015 la fin de ses émissions directes de gaz à effet de serre pour 2040, Mars veut aller plus loin. L’ambition nouvelle est que l’ensemble constitué par le groupe et ses 700 fournisseurs abatte de 67% ses rejets de GES d’ici 2050. Dans ce cadre, le groupe va fortement accroître ses achats d’électricité d’origine renouvelable. En Ecosse, Mars s’est offert l’an passé la totalité de la production de la ferme éolienne de Moy (60 mégawatts) pendant 10 ans.

Les usines belges, brésiliennes, britanniques, lituaniennes et américaines carburent déjà à l’électron vert. L’an prochain, les installations siglées Mars de plusieurs pays d’Europe, dont la France, suivront cet exemple. Au Kenya, l’entreprise a aidé 5 usines de thé à améliorer leurs procédés. Gain énergétique: 430 gigawattheures par an.

Moins d’intrants

L’énergie n’est pas tout. A l’image de ce que réalisent déjà certains de ses concurrents, comme Nestlé, Mars veut aussi limiter l’impact climatique des milliers d’agriculteurs qui travaillent pour son compte. En développant, avec l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI), de nouvelles pratiques culturales permettant de réduire le volume d’intrants utilisés dans la riziculture, l’entreprise affirme être parvenu à abattre les émissions de méthane des rizières. Après avoir financé le décryptage du génome du cacaoyer, l’entreprise ouvre la voie à l’amélioration de l’arbuste pour le rendre plus résistant aux conséquences du réchauffement.

Sa pierre à la lutte contre la déforestation de la forêt brésilienne consiste à ne plus travailler qu’avec des éleveurs de bovins et des producteurs de soja s’engageant à respecter le code forestier national. D’ici 2021, les emballages en papier et en carton seront issus de pâte fabriquée à partir de bois récolté dans des forêts certifiées ou du recyclage. Encore modeste.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus