Margarine contre biodiesel

Le 22 mars 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
colza
colza

Les fabricants européens de margarine, réunis au sein de l’International Margarine association of the countries of Europe (Imace), tirent la sonnette d’alarme. Si la réglementation européenne n’est pas modifiée, la fabrication de biodiesel absorbera toute l’huile de colza produite en Europe au détriment de l’industrie alimentaire.

Environ 30% des graines de colza récoltées en Europe sont destinés à la fabrication de biodiesel. Cette proportion, qui correspond actuellement à 1% des besoins énergétiques en matière de transport, ne devrait cesser de croître. En effet, la directive 2003/30/CE, visant à promouvoir l'utilisation de biocarburants ou autres carburants renouvelables dans les transports, prévoit que d’ici fin 2005, le biodiesel couvre 2% des besoins en énergie du secteur des transports, et 5,75% à la fin de 2010.
L’International Margarine association of the countries of Europe (Imace) craint une prochaine pénurie de colza qui serait très pénalisante pour les margariniers, dont les besoins s’élèvent actuellement à 3 millions de tonnes. Partant de l’hypothèse que l’utilisation de colza pour le biodiesel atteindra les 4,5 à 5 millions de tonnes en 2005-2010, l’Imace estime que la production communautaire d’huile de colza sera entièrement absorbée par les carburants.
Pour éviter que la filière ne connaisse une crise sans précédent, l’Imace propose la suppression des exemptions de taxes pour le biodiesel, celle-ci provoquant, selon l’association, des distorsions de concurrence sur le marché communautaire. «Il ne faudrait pas que ces mesures aboutissent à un déséquilibre dans la disponibilité de matières premières entre les secteurs alimentaire et non-alimentaire», souligne Inneke Herreman, secrétaire général de l’Imace. Les industriels demandent, en outre, une intensification de la culture de graines oléagineuses dans l’Union à 25, mettant ainsi un terme à l’actuel régime communautaire de gel des terres. Parmi les pistes à explorer, l’Imace propose d’améliorer les possibilités d’importations de colza et d’huile de colza, une mesure qui, selon elle, «bénéficierait à la fois à l’industrie alimentaire et à celle des biocarburants, les importations de bioéthanol pouvant également être stimulées grâce à une réduction des droits aux frontières.» Enfin, l’Imace suggère une révision de la limite maximale en iode, «afin de permettre l’utilisation d’huile de tournesol et de soja pour la production de biodiesel.» La directive de 2003 relative à l'utilisation de biocarburants devra être révisée d’ici décembre 2006.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus