Marée noire US : nouvelle estimation

Le 24 novembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Plus de trois mois après avoir publié un premier rapport très critiqué, les autorités fédérales campent sur leurs positions. Mardi 23 novembre, les agences impliquées dans la gestion de la marée noire provoquée par l’explosion de la plate-forme DeepwaterHorizon ont publié une version affinée de l’estimation de la quantité d’hydrocarbures ayant pollué les environnements marin et lacustre.

 

Le 4 août dernier, la National Oceanic and Atmospheric Administration (Noaa) avait indiqué, dans un premier rapport, que 74 % des 4,9 millions de barils de brut rejetés en mer avaient été brûlés en surface, dispersés par les produits chimiques, naturellement dégradés ou récupérés par pompage. Cette affirmation avait été très critiquée par plusieurs laboratoires de recherche universitaires.

 

 

Dans l’ étude publiée mardi, les ordres de grandeur restent les mêmes : 23 % des hydrocarbures relâchés sont toujours en mer ; 29 % ont été dispersés (naturellement et chimiquement) ; 23 % se sont évaporés ; 5 % ont été brûlés et 20 % ont été récupérés. Toutefois, contrairement à la première étude, ces estimations ont été validées par d’autres chercheurs, extérieurs à l’équipe de rédaction.

 

 

Principalement rédigée par des experts de la Noaa, du service géologique américain (USGS) et du National Institute of Standards and Technology, l’étude ne porte pas sur les impacts environnementaux de la marée noire.  

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus