Marco Polo, ou comment transporter plus en polluant moins

Le 24 juillet 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
marseille lavera
marseille lavera

Améliorer les performances environnementales des systèmes de transport de marchandises et diminuer la congestion du trafic routier: telle est la mission fixée par la Commission européenne dans le cadre du programme Marco Polo. Peu de projets français ont été sélectionnés depuis le début de l’opération en 2003, mais la situation pourrait changer bientôt.

Doté d'un budget de 75 millions d'euros pour la période 2003-2006, le programme Marco Polo 1 permet d'aider les entreprises de transport et de logistique à passer du fret routier à un autre mode plus respectueux de l'environnement. «Les transports maritimes, fluviaux et ferroviaires présentent de nombreux bénéfices du point de vue environnemental par rapport au transport routier», explique Yves Dantec, chargé de mission environnement au ministère chargé des transports. Ainsi, en 1999, les transports routiers produisaient 98,30 grammes de CO2 par tonne-kilomètre (t-km), contre 28,33 pour le rail et 15,45 pour les transports maritimes à courte distance (1). De plus, les coûts externes du transport routier concernant l'impact sur l'environnement (émissions de gaz à effet de serre, bruit…), sont environ 4 fois supérieurs à ceux du transport maritime. Le programme Marco Polo vise donc à transférer l'équivalent de la croissance annuelle du transport routier européen -qui s'élève à 12 milliards de t-km- vers d'autres modes de transport ayant moins d'impacts sur l'environnement.

Pour cela, différents appels d'offres sont lancés chaque année afin de sélectionner plusieurs projets impliquant chacun au moins deux pays différents. Les projets qui entrent dans le cadre du 3e appel lancé en début d'année seront désignés dans quelques semaines. Le dernier appel d'offres du programme devrait, quant à lui, être lancé dans les prochains jours. Les projets sont notamment évalués selon le bénéfice environnemental qu'ils génèrent par rapport au seul transport routier, et la diminution des coûts externes liés à l'impact sur l'environnement. «L'objectif est de soutenir des services pour qu'ils deviennent compétitifs et viables à terme», explique Yves Dantec.

Jusqu'à présent, peu de projets français ont été sélectionnés. Toutefois, la France a notamment été impliquée dans le projet Portned destiné à réduire le trafic sur l'axe routier reliant l'Espagne aux Pays-Bas et qui favorise le transport maritime via le port du Havre. Cette année, les candidats français espèrent bien pouvoir enfin concrétiser leurs projets.

Mais ce type d'initiatives ne date pas d'aujourd'hui. Le programme Pact a précédé Marco Polo durant la période 1997-2001. Il a permis de financer des actions pilotes visant à augmenter l'utilisation du transport combiné (route/rail par exemple). «Pact a servi de laboratoire alors que Marco Polo est tourné vers le résultat», indique Yves Dantec. Pour l'instant, on ne connaît pas le bénéfice environnemental généré par les actions menées dans le cadre de Marco Polo. Concernant la décongestion des routes, la tendance observée laisserait penser que l'objectif annuel des 12 milliards de t-km transférés est bientôt atteint.

Le programme  Marco Polo 2 doit permettre de poursuivre toutes ces actions durant la période 2007-2013. Il sera doté d'un budget de 400 millions d'euros et comprendra notamment des projets consistant à effectuer un transfert massif des routes vers le mode maritime. «Marco Polo est un programme auquel la Commission et les Etats membres croient. Mais les porteurs de projets doivent également suivre», estime Yves Dantec.



(1) Communication de la Commission sur le développement du transport maritime à courte distance en Europe, 29 juin 1999, p.35




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus